Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

La démonstration de solidarité de la BCE avec Israël suscite une fureur interne – POLITICO


FRANCFORT — Les tensions liées à la position européenne sur le conflit israélo-Hamas, qui ont déjà ébranlé la Commission européenne, se sont propagées à sa banque centrale.

Le problème supplémentaire à Francfort est que certains membres du personnel estiment non seulement que la BCE prend la mauvaise position, mais qu’elle ne devrait pas du tout prendre position.

Le 9 octobre, alors que le choc des attaques terroristes contre Israël deux jours plus tôt était encore à vif, la BCE a publié un message sur les réseaux sociaux disant : « Nous sommes aux côtés du peuple d’Israël », montrant une image du drapeau israélien flanqué des drapeaux européens. drapeaux dans le hall de la banque centrale.

Il n’était pas clair si le poste était attribué au nom de l’organisation dans son ensemble, du conseil d’administration ou simplement du conseil d’administration composé de six membres.

Invité à clarifier, un porte-parole de la BCE a refusé de répondre directement, mais a donné une réponse nettement plus nuancée que le tweet original, déclarant : « La BCE est choquée et attristée par les événements qui se déroulent au Moyen-Orient. Nos pensées vont aux victimes innocentes et aux civils touchés par les conflits.

Quoi qu’il en soit, le tweet original a déclenché une vive dispute interne au sein du personnel.

« C’était comme si le conflit était importé à la BCE », a déclaré un membre du personnel, qui a requis l’anonymat pour pouvoir s’exprimer librement.

Les discussions sur le site de discussion anonyme interne du syndicat IPSO sont devenues si animées que la direction du syndicat a pris la décision rarissime de supprimer certains commentaires.

« Le conseil d’administration de l’IPSO a décidé de fermer plusieurs fils de discussion contenant des commentaires sur le conflit israélo-palestinien déclenché par les événements récents », a déclaré l’IPSO dans un message interne vu par POLITICO. « Certains commentaires nous ont été signalés comme offensants envers les communautés concernées et en deçà des standards applicables au forum. »

Le vice-président de l’IPSO, Carlos Bowles, a déclaré que le syndicat « ne fera aucun commentaire sur ce conflit, se contentant d’exprimer notre compassion pour les victimes ».

Faisant écho à la réaction contre la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, certains des messages publiés sur le conseil d’administration de l’IPSO ont attaqué la BCE pour avoir fait preuve de solidarité uniquement avec Israël, négligeant le traumatisme passé de l’occupation israélienne de Gaza. Ces événements ont à leur tour provoqué une réaction féroce de la part de leurs collègues soutenant Israël.

Un troisième groupe a souligné qu’il n’appartient pas à une banque centrale indépendante ayant pour mandat d’assurer la stabilité des prix de prendre position dans un conflit international complexe.

Faisant écho à la réaction contre Ursula von der Leyen, certains des messages publiés sur le conseil d’administration de l’IPSO attaquaient la BCE pour avoir fait preuve de solidarité uniquement avec Israël | Frédéric Florin/AFP via Getty Images

« La BCE ne devrait soutenir personne », a déclaré un message toujours actif vu par POLITICO. « C’est une banque centrale définie par son mandat défini dans les traités et non un acteur politique international, contrairement aux autres institutions européennes. »

Un autre a déclaré que la BCE avait outrepassé son mandat « avec une déclaration politique divisée (sic), au lieu d’unifier l’Europe, en omettant de soutenir toutes les victimes civiles des agressions, quelle que soit leur nationalité.»

Un article suggérait que hisser le drapeau israélien après les atrocités n’était pas une déclaration politique, mais plutôt un signe de solidarité avec les victimes innocentes.

Mais même si elles sont bien intentionnées, de telles manifestations de solidarité peuvent être une pente glissante : un membre du personnel a écrit : « Je suis fier que la BCE soit aux côtés d’Israël » avant d’ajouter : « La BCE devrait également être aux côtés de l’Arménie. »

Il s’agissait d’une référence à l’écrasement par l’Azerbaïdjan de l’enclave arménienne du Haut-Karabakh en septembre, un autre long conflit qui a révélé de profondes divisions dans la politique étrangère européenne.

Le drapeau a été retiré du hall après trois jours.

Le membre du personnel a déclaré à POLITICO que la BCE n’avait jamais eu la chance de réagir d’une manière qui ne susciterait pas de critiques.

« Je suis sûr que si nous n’avions pas fait preuve de solidarité, les gens auraient dit que nous avions oublié notre histoire particulière avec le peuple juif », a-t-il déclaré.

Cette histoire particulière n’est que trop présente dans le lobby de la BCE, situé sur le site de l’ancien marché de gros de Francfort. Plus de 10 000 membres de la population juive de la ville ont été déportés par les nazis vers des camps de concentration et d’extermination entre 1941 et 1945.

« Après tout, l’euro n’est pas seulement une monnaie mais un projet de paix », a ajouté la personne.

Politc

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page