Skip to content
La Fifa fait face à une action en justice concernant l’interdiction du brassard OneLove en Angleterre

Kane s’est plaint lundi que la décision de la FA de faire marche arrière avait été « retirée de mes mains ».

Les capitaines de sept nations de la Coupe du monde, dont Kane et Gareth Bale du Pays de Galles, avaient promis à plusieurs reprises de porter le brassard en faveur des droits des LGBT au Qatar, où l’homosexualité est illégale.

Mais quelques heures avant le coup d’envoi, la Fifa a menacé de « sanctions sportives » tout joueur qui enfreindrait ses règles. Deux cartons jaunes auraient vu Kane suspendu pour le dernier match de groupe de l’Angleterre.

Après une matinée de pourparlers de crise, une déclaration commune de sept associations de football a déclaré qu’elles ne pouvaient pas mettre leurs joueurs « dans une position où ils pourraient faire face à des sanctions sportives ».

« Nous sommes très frustrés par la décision de la Fifa, que nous pensons sans précédent », indique le communiqué.

Vertonghen s’en prend à la Fifa pour OneLove

Jan Vertonghen a affirmé que les joueurs étaient « contrôlés » lors de la Coupe du monde du Qatar alors que le défenseur belge a dénoncé la décision de la Fifa d’interdire aux équipes de porter le brassard OneLove lors du tournoi.

La Belgique était l’une des sept équipes européennes dont les capitaines devaient porter le brassard – un symbole anti-discriminatoire conçu pour promouvoir l’inclusion – lors du tournoi pour protester contre la criminalisation de l’homosexualité par le Qatar.

Mais la menace de la Fifa de réserver les joueurs qui portaient le brassard a conduit cette alliance d’associations nationales – Belgique, Angleterre, Pays de Galles, Allemagne, Danemark, Suisse et Pays-Bas – à abandonner le plan.

La Fifa a été largement condamnée pour sa position tandis que les pays prévoyant de manifester ont été critiqués pour s’être flétris sous la pression de l’instance dirigeante mondiale du football et ne pas s’en tenir à leurs armes.

Maintenant, Vertonghen a pataugé dans le débat en se demandant comment la Fifa pourrait s’opposer à une campagne qui conteste la discrimination.

S’exprimant avant le match d’ouverture du Groupe F de la Belgique contre le Canada mercredi, l’Anderlecht et ancien défenseur de Tottenham a déclaré : « C’est une question difficile. S’il est trop tard [to make a statement against discrimination], Je ne sais pas. Si vous faites une déclaration maintenant en le portant, cela reviendrait à vous punir.

« Mais maintenant, j’ai peur de dire quoi que ce soit. Je ne me sens pas à l’aise de dire quoi que ce soit, et c’est assez révélateur, que nous sommes sous pression.

« C’est une situation regrettable que je n’ai jamais connue dans le football et j’espère que je ne la reverrai plus. Nous sommes contrôlés et je n’aime pas vraiment faire des déclarations politiques de toute façon, mais si vous ne pouvez même pas porter un brassard de capitaine avec des messages normaux comme « non au racisme » ou « non à la discrimination », alors hé quoi [can you say]?

« Je ne devrais rien dire à ce sujet parce que demain je veux apparaître au match. C’est dommage que nous ayons été mis dans cette situation, et je veux en rester là.


telegraph Uk

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.