Skip to content
La Finlande restituera les biens russes sanctionnés — RT Business News


Plusieurs centaines de wagons de marchandises russes ont été saisis par les autorités finlandaises au début de cette année

Les autorités finlandaises ont décidé de rendre les wagons russes détenus plus tôt cette année en raison de sanctions, a annoncé vendredi la mission commerciale de Moscou en Finlande. Selon ses données, plus de 800 wagons chargés et vides ont été saisis début novembre.

La décision de restituer les wagons a été prise par le ministère des Affaires étrangères le 15 novembre à la suite d’un appel des opérateurs ferroviaires finlandais et de l’Agence finlandaise des transports et des communications (Traficom). Selon l’appel, le stockage et l’entretien des trains se sont avérés trop coûteux et difficiles pour les exploitants du système ferroviaire. De plus, il a été noté que certains des wagons contenaient des substances dangereuses.

« Le 15 novembre 2022, le ministère finlandais des Affaires étrangères a décidé de restituer exceptionnellement les biens saisis pour des raisons de réduction des coûts et des risques de sécurité pour le système de transport du pays.« , a déclaré la mission commerciale russe dans son communiqué.

Il a noté que le service des huissiers finlandais avait déjà informé un certain nombre de sociétés russes propriétaires des wagons qu’ils seraient restitués. Les opérateurs ferroviaires effectueront des inspections des trains et les prépareront à traverser la frontière russo-finlandaise. Aucune date précise pour cela n’a été annoncée.


Fin mai, le journal Helsingin Sanomat a rapporté que la Finlande saisissait pour 80 millions d’euros de biens russes, dont plus de 1 000 wagons de fret qui occupaient environ 20 km de voies. Le média a noté à l’époque que parmi la cargaison confisquée se trouvaient environ 1,3 tonne d’acide acétique d’une valeur de 1,4 million d’euros, 248 tonnes d’acétate de butyle et des boulettes de minerai de fer.

En juin, Reuters a rapporté qu’un total de 865 wagons russes avaient été détenus en Finlande, citant l’opérateur ferroviaire national finlandais, VR, et une lettre des chemins de fer russes. Le matériel saisi appartenait en grande partie à des entreprises russes touchées par les sanctions de l’UE liées à l’Ukraine. Parmi eux figuraient Uralhim-Trans, dont l’ancien propriétaire, Dmitry Mazepin, est tombé sous le coup des sanctions européennes en mars ; Rusagrotrans, qui fait partie de Demetra Holding, dont la participation majoritaire était auparavant détenue par le prêteur russe sanctionné VTB, ainsi que la plus grande société de leasing de transport de Russie, GTLK ; et la division de location de transport d’Alfa Bank.

Pour plus d’histoires sur l’économie et la finance, visitez la section commerciale de RT

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

RT

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.