Skip to content
La France gagne contre l’Allemagne et se qualifie pour les demi-finales

La France s’est imposée en battant l’Allemagne mercredi en quart de finale de la Coupe du monde de handball. Les Bleus affronteront la Suède en demi-finale vendredi.

Un remplacement pour les quartiers. L’équipe de France s’est qualifiée pour les demi-finales de la Coupe du monde de handball après avoir battu l’Allemagne dans la douleur (35-28), mercredi 25 janvier à Gdansk, en Pologne, bien aidée par la performance de son deuxième gardien, Rémi Desbonnet.

Les Bleus, champions olympiques en titre, affronteront vendredi à Stockholm la Suède (victorieuse de l’Egypte 26-22), son bourreau dans le dernier carré lors de la précédente édition puis à nouveau à l’Euro-2022. Un adversaire de taille, champion d’Europe en titre, en route vers une septième couronne mondiale.

Si les champions olympiques accrochent dimanche une nouvelle étoile à leur maillot, ils pourront grandement remercier Desbonnet, qui s’est arraché une bonne épine dans le pied face à l’Allemagne, qu’ils avaient battue lors des deux confrontations précédentes, pour la médaille de bronze. à la Coupe du monde 2019 et dans les poules aux Jeux olympiques de 2021.

Merci à Desbonnet

Le Montpelliérain, d’un gabarit modeste (1,82 m) pour le poste, a déroulé son œuvre en deux temps.

Dans le premier, avant la pause, il est lentement monté en température après être entré en jeu à la place de Gérard, parti au bout d’un quart d’heure sans avoir effectué le moindre arrêt.

Contrairement à son homologue Andreas Wolff, écœurant des Bleus en première période, qui pourrait se contenter d’être à égalité à la pause (16-16) avec seulement 50 % de réussite au tir.

Le gardien de Kielce a réalisé près de dix arrêts avant la pause, dont un doublé sur Nikola Karabatic (10e, 8-5 pour l’Allemagne) ou un spectaculaire, jambe droite presque au niveau de la tête, face à Dika Mem qui est parti seul en contre-attaque (20e) .

Desbonnet, 30 ans, a réalisé son premier arrêt seulement huit minutes après son entrée en jeu, mais il a chauffé la machine définitivement lancée après deux arrêts consécutifs, le deuxième face à Patrick Groetzki (29e) lancé seul contre lui.

Au retour des vestiaires, le gardien remplaçant a été quasiment infranchissable pendant près de dix minutes (34-43e) durant lesquelles il a réalisé sept arrêts sur huit tirs.

Il a d’abord maintenu l’équipe de France la tête hors de l’eau (17-19, 34e), avant de prendre une avance de trois buts (23-20, 44e).

Desbonnet (12 arrêts au final) a fini d’écœurer les tireurs allemands et a définitivement assuré la victoire des Bleus avec deux parades consécutives à cinq minutes de la fin (30-25).

Pour triompher de la jeunesse allemande, la pépite Juri Knorr en tête (5/10), l’entraîneur Guillaume Gille et les siens ont également pu compter sur un autre remplaçant habituel, Melvyn Richardson (4/6). Le fils de l’ancien « Barjot » Jackson Richardson a remplacé avec succès son coéquipier Dika Mem en première période, en échec (3/7 au final).

Le show de Desbonnet a permis d’envoyer les Bleus dans le dernier carré, qui auront besoin de tout leur effectif pour vaincre les Suédois devant leur public. Les champions olympiques auront encore besoin d’un grand gardien, comme face aux Allemands.

Avec l’AFP

France 24 Sport

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.