La liste des 100 premiers bénéficiaires de la souscription pour le patrimoine religieux en péril a été dévoilée

La Fondation du Patrimoine poursuit la collecte sur son site pour compléter les fonds.

France Télévisions – Culture Edito

Publié


Temps de lecture : 1 min

Église Notre-Dame-de-la-Nativité de Magny-en-Vexin (Val-d'Oise), sur la liste des 100 premiers bénéficiaires de la souscription pour patrimoine religieux en péril, photographiée le 28 mai 2020. (LOURDEL LIONEL / HEMIS.FR / HEMIS.FR)

La ministre de la Culture, Rachida Dati, a annoncé vendredi la publication d’une liste des 100 premiers édifices religieux qui bénéficieront des fonds récoltés lors d’une souscription lancée en septembre par le président Emmanuel Macron.

Le chef de l’Etat avait lancé cette collection « mobiliser 200 millions d’euros sur quatre ans » à l’occasion des Journées européennes du patrimoine, afin d’aider les petites villes de moins de 10 000 habitants (et de moins de 20 000 habitants en outre-mer) à préserver leurs édifices religieux.

Parmi les 100 édifices lauréats, dont la liste est publiée sur le site Internet de la Fondation du Patrimoine à qui a été confiée la collecte et la sélection des édifices, « près de 50 % sont situés dans des communes de moins de 1 000 habitants, 60 % ne sont pas protégés au titre des monuments historiques et 55 % sont fermés au public ou en danger »précise le ministère dans un communiqué.

5000 bâtiments menacés

« Le besoin de financement pour sauver ces 100 bâtiments est de 15 millions d’euros. A ce jour, 2,3 millions d’euros ont été récoltés auprès de 12 000 donateurs. La collecte se poursuit donc sur la Fondation du patrimoine pour récolter les 12,7 millions d’euros manquants »ajoute le ministère.

Sur tout le territoire national, « 5 000 édifices religieux – sur environ 50 000 lieux de culte recensés – sont dans un état sanitaire qui fait craindre pour leur pérennité et nécessitent une intervention urgente »il continue.

Pour financer ces travaux, la collection nationale du patrimoine religieux bénéficie d’un « taux de déduction fiscale renforcé pour les particuliers de 75 % jusqu’à 1 000 euros, comme la souscription à la cathédrale Notre-Dame de Paris »il se souvient.

Organisateur de cette souscription, la Fondation du Patrimoine a précisé en septembre qu’elle sélectionnerait les projets « en fonction de l’intérêt patrimonial du bâtiment, de l’urgence et aussi de la question de l’usage qui doit être ouvert à des concerts, expositions, conférences ».