Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

La Maison Blanche discute d’un accord nucléaire « gel pour gel » avec l’Iran – médias – News 24


Globalement similaire à l’accord sur le nucléaire iranien de 2015, le plan a été rejeté par Téhéran, rapporte Axios

L’administration Biden discute d’un accord potentiel qui verrait l’Iran stopper les progrès sur certaines parties de son programme nucléaire en échange d’un allégement des sanctions, a rapporté Axios lundi.

Les responsables américains ont discuté de l’accord hypothétique avec leurs homologues européens et israéliens ces dernières semaines, a rapporté le site d’information, citant des responsables israéliens anonymes, des diplomates occidentaux et « Experts américains. »

Selon la proposition américaine, l’Iran arrêterait l’enrichissement d’uranium à 60% de pureté en échange de la levée de certaines sanctions occidentales sur son économie. Selon un rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) en février, l’Iran a enrichi près de 88 kilogrammes d’uranium à 60 % de pureté et des traces à 83,7 %. L’uranium doit être enrichi à 90% pour être considéré comme de qualité militaire.

Téhéran nie qu’il cherche une arme nucléaire, et l’Organisation iranienne de l’énergie atomique a répondu à l’AIEA en insistant sur le fait qu’elle ne tentait pas d’enrichir au-delà de 60 %.


Selon les sources d’Axios, la proposition américaine a été rejetée par l’Iran. Des responsables à Téhéran auraient déclaré qu’ils ne voulaient pas signer un accord avec des conditions pires que l’accord nucléaire de 2015.

Cet accord, connu sous le nom de Plan d’action global conjoint (JCPOA), a été signé par l’Iran et les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies plus l’Allemagne et l’UE en 2015. Selon ses termes, l’Iran a accepté une surveillance stricte de son nucléaire. programme en échange d’un allègement des sanctions américaines et onusiennes. L’ancien président américain Donald Trump s’est unilatéralement retiré de l’accord en 2018, affirmant que l’Iran ne s’y conformait pas, et des sanctions économiques ont été réimposées.

La Maison Blanche a refusé de confirmer ou d’infirmer le dernier rapport, qu’un porte-parole a rejeté comme « Rumeurs de seconde main sur des discussions diplomatiques. » Aucun responsable israélien n’a commenté l’histoire, bien que le Premier ministre Benjamin Netanyahu ait déclaré en février qu’Israël était favorable aux sanctions économiques associées à une « menace militaire crédible » lorsqu’il s’agit de la République islamique.

Netanyahu prétend depuis des années que l’Iran est sur le point de produire une arme nucléaire, mais sa rhétorique s’est intensifiée ces derniers mois. Israël aurait été derrière une attaque de drone sur un site militaire dans la ville iranienne d’Ispahan en février, que Netanyau a suivie en avertissant qu’un « horrible guerre nucléaire » s’ensuivrait si l’Iran développait des armes atomiques.

Israël refuse officiellement de confirmer ou de nier l’existence de son programme d’armes nucléaires, mais il est largement admis qu’il possède des ogives nucléaires depuis la fin des années 1960.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

RT

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page