Skip to content
La major italienne de l’énergie accepte de payer le gaz en roubles


Eni ouvre des comptes dans une banque russe sans modifier ses contrats actuels

L’italien Eni, considéré comme l’un des sept géants mondiaux de l’énergie, a annoncé qu’il avait entamé des procédures pour ouvrir un double compte courant avec Gazprombank afin de se conformer au nouveau système russe de paiement du gaz basé sur le rouble, a rapporté mardi Corriere.

« Dans le cadre de l’approche des délais de paiement prévus pour les prochains jours, Eni a entamé, par mesure de précaution, des procédures liées à l’ouverture de deux comptes courants auprès de Gazprombank, l’un en euros et l’autre en roubles, indiqués par Gazprom Export selon un accord unilatéral prétendre modifier les contrats existants conformément à la nouvelle procédure de paiement du gaz,« , a déclaré la société dans un communiqué.

Les comptes permettront à Eni de payer le gaz russe conformément aux nouvelles règles introduites fin mars, en réponse aux sanctions économiques liées à l’Ukraine imposées au pays. Selon la publication, la société attendait de se conformer à ses contrats avec Gazprom. Dans la déclaration, Eni a noté qu’elle n’avait pas été désireuse d’accepter les modifications apportées au mécanisme de paiement, et « l’ouverture des comptes a lieu à titre temporaire et sans préjudice de tous les droits contractuels de la société.

Lire la suite

Le voisin de la Russie conteste en justice le gaz pour la demande en roubles

Dans le cadre du nouveau système de paiement russe, qui n’affecte que les pays qui ont imposé des sanctions à la Russie, les paiements dans la devise de leur choix doivent être déposés à Gazprombank et la banque convertira ensuite ces paiements en roubles afin qu’ils puissent atteindre le fournisseur de gaz, Gazprom Export. Eni a déclaré que ce dernier, ainsi que les autorités fédérales russes, ont rassuré la compagnie énergétique sur le fait que tout retard technique ou incapacité à terminer la conversion à temps n’aura pas d’impact sur les approvisionnements.

La société, cependant, s’inquiète de savoir si son respect des nouvelles conditions de la Russie sera considérée comme une violation des sanctions contre Moscou, et a annoncé qu’elle le ferait « initier un arbitrage international sur la base du droit suédois (comme l’exigent les contrats existants) pour résoudre les doutes concernant les modifications contractuelles requises par la nouvelle procédure.”

Lire la suite

La major italienne de l’énergie accepte de payer le gaz en roubles
La Russie pourrait suspendre l’approvisionnement en gaz de la Finlande – médias

La Commission européenne s’est fermement opposée au nouveau système russe de paiement du gaz. Selon le porte-parole Eric Mamer, tout en appliquant les sanctions décidées collectivement par l’UE, «appartient aux États membres », ces sanctions »ont force de loi dans l’Union européenne», et se conformer aux exigences de la Russie pourrait être considéré comme une infraction.

Les opinions sur le nouveau système de paiement du gaz en Russie diffèrent d’une entreprise à l’autre dans l’UE. La société finlandaise de distribution de gaz Gasum a annoncé mardi qu’elle n’utiliserait pas le système de paiement proposé par Gazprom, selon un rapport de TASS citant une note de l’entreprise.

La compagnie d’électricité française Engie, en revanche, a déclaré avoir conclu un accord avec Gazprom sur la manière de payer les livraisons de gaz depuis la Russie, sans en préciser les détails. Au total, selon Bloomberg, au moins 20 entreprises énergétiques européennes ont ouvert des comptes auprès de Gazprombank afin de se conformer au nouveau mécanisme de paiement, alors que les échéances de paiement du gaz se rapprochent, la plus proche étant prévue pour fin mai.

Pour plus d’histoires sur l’économie et la finance, visitez la section commerciale de RT

RT

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.