La milliardaire Gina Rinehart, offensée par la caricature, demande au musée national de la retirer

ART – En tentant de censurer son portrait, elle n’a fait qu’attirer l’attention sur celui-ci. La multimilliardaire Gina Rinehart, la personne la plus riche d’Australie, a demandé à la National Gallery de retirer sa caricature de son exposition. Une demande qui, refusée par le musée, a du coup rendu l’œuvre d’art très populaire sur les réseaux sociaux.

Selon plusieurs médias australiens, dont Héraut du matin de Sydney, la femme d’affaires à la tête d’un empire minier et plusieurs de ses associés s’en sont plaints en avril. Il faut dire que le tableau, qui donne à Gina Rinehart un double menton, un front large et des yeux fous, est loin d’être flatteur.

L’œuvre elle-même fait partie d’une exposition du célèbre artiste aborigène Vincent Namatjira, inaugurée en mars. Aux côtés du portrait de Gina Rinehart, 20 autres caricatures sont exposées, allant d’Elizabeth II à Jimi Hendrix. Dans un communiqué, la National Gallery of Australia, située à Canberra, a déclaré « dialogue bienvenu sur ses œuvres « .

Un milliardaire climato-sceptique

Héritière d’un empire minier fondé par son père, Lang Hancock, ce n’est pas la première fois que Gina Rinehart fait l’actualité. La femme d’affaires conservatrice a notamment été pointée du doigt pour ses dons à un groupe de réflexion climato-sceptique.

Elle s’est également retrouvée au cœur d’une polémique en 2022, lorsque l’équipe australienne de netball a refusé de porter le logo de sa société minière sur son maillot. Comme expliqué CNN, une joueuse aborigène avait pointé du doigt les propos racistes du père du milliardaire, qu’elle n’a jamais condamné publiquement. En 1984, ce dernier déclarait par exemple vouloir « stériliser » Aborigènes australiens.

 » Je peins le monde tel que je le vois », a de son côté réagi Vincent Namatjira, l’artiste derrière la célèbre caricature. Lauréat du prestigieux Archibald Portrait Prize en 2020, Vincent Namatjira a déjà peint plusieurs fois Gina Rinehart.  » Les gens ne sont pas obligés d’aimer mes peintures, mais j’espère qu’ils prendront le temps de se demander : « Pourquoi cet Autochtone peint-il ces personnages célèbres ? Qu’est-ce qu’il essaie de dire? » »

Voir aussi sur HuffPost :

« L’Origine du monde » de Gustave Courbet restera stigmatisé après avoir été tagué à Metz

Au Louvre, vous verrez « La Liberté guidant le peuple » de Delacroix sous un autre jour

Quitter la version mobile