la mobilisation pro-palestinienne se poursuit ; un face-à-face tendu avec des manifestants pro-israéliens

Les étudiants qui avaient passé la nuit au siège historique de Sciences Po étaient visibles aux fenêtres du 27, rue Saint-Guillaume, le 26 avril au matin.

Occupation de locaux, sit-in dans la rue, slogans en faveur de la lutte palestinienne… Une petite foule d’étudiants, militants ou sympathisants du comité Palestine a poursuivi la mobilisation pro-palestinienne, vendredi 26 avril, dans et devant les locaux des Sciences Po Paris, rue Saint-Guillaume.

La tension est montée d’un cran vers 16 heures, avec l’arrivée d’une cinquantaine de manifestants pro-israéliens, criant notamment « Sciences Po Gratuites » Ou « Libérer Gaza du Hamas ». Certains étaient masqués et portaient des casques de moto. Une bousculade entre partisans des deux camps a eu lieu parmi les nombreux journalistes présents. La police s’est alors positionnée pour séparer les deux groupes sans violence.

Si les étudiants pro-Gaza avaient commencé à retirer les poubelles qui obstruaient l’entrée du bâtiment, des militants ont continué à occuper le site et un sit-in a été immédiatement organisé sur le trottoir.

La direction a décidé vendredi de fermer plusieurs locaux sur le campus parisien. Dans un message à la presse, elle « condamne fermement ces agissements étudiants qui empêchent le bon fonctionnement de l’établissement et pénalisent les étudiants, (LE) les enseignants et (LE) employés « .

Elle a organisé une réunion avec les représentants étudiants vendredi matin. Le Comité Palestine de Sciences Po appelle en particulier « Science Po condamne clairement les agissements d’Israël » Et « la fin des collaborations » avec tout « institutions ou entités » jugés complices « l’oppression systémique du peuple palestinien ». Il demande en outre la cessation de « la répression des voix pro-palestiniennes sur les campus ».

Des poubelles bloquaient l'entrée principale de Sciences Po Paris, rue Saint-Guillaume, vendredi 26 avril au matin.

Message de soutien de Jean-Luc Mélenchon

Mercredi soir, une dizaine de tentes avaient été installées dans la cour d’un autre bâtiment de l’établissement, situé 1, place Saint-Thomas-d’Aquin, avant que la police ne vienne déloger les militants et sympathisants de la cause palestinienne.

« Que nous montrions notre solidarité avec les Palestiniens, que nous montrions notre rejet des crimes commis à Gaza, c’est naturel, c’est même digne et c’est noble »a jugé Raphaël Glucksmann, tête de liste du Parti socialiste (PS) et Place publique aux élections européennes du 9 juin, sur BFM-TV vendredi. « Après, dans quelle ambiance on fait ça ? Sommes-nous inclusifs ? Tolérons-nous le débat ? Sommes-nous capables d’organiser des discussions avec ceux qui ne partagent pas (Ce) point de vue ? Jusqu’à présent, jusqu’à preuve du contraire, ce n’est pas le cas. Et donc nous avons un problème. Et la direction de Sciences Po a le droit de décider d’évacuer.”a ajouté M. Glucksmann, également ancien élève de l’établissement.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Sciences Po s’enflamme après la mobilisation pro-palestinienne, insultes entendues et versions contradictoires

Le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), Yonathan Arfi, a estimé, vendredi sur LCI, que ce mouvement était « dangereux, car l’université a une fonction symbolique dans nos sociétés. Ce qui se passe dans les universités ne concerne pas seulement le monde étudiant, mais rayonne dans toute notre vie politique et intellectuelle et produit des effets sur toute une génération.. « Il n’y a rien de massif » mais « ça marche, ça prend tout le campus en otage, ça empêche la liberté académique et impose un climat de terreur intellectuelle à certains étudiants juifs »a ajouté M. Arfi.

« Nous n’avons rien contre les étudiants juifs, il y a des étudiants juifs qui font campagne avec nous »a plaidé Hubert Launois, 19 ans, étudiant en deuxième année et membre du Comité Palestine. « Ce qui nous pose problème, ce sont les politiques coloniales et génocidaires du gouvernement israélien d’extrême droite »il ajouta.

Des centaines d’arrestations sur les campus américains

Les étudiants mobilisés ont reçu le soutien du leader « insoumis » Jean-Luc Mélenchon dans un message audio diffusé par le député Thomas Portes (La France insoumise, LFI), venu encourager les manifestants. « Vous êtes en ce moment, pour nous, l’honneur de notre pays », a déclaré l’ancien candidat à la présidentielle. L’avocate franco-palestinienne Rima Hassan, candidate LFI aux élections européennes, est également venue soutenir le mouvement. « Ces étudiants portent véritablement l’honneur de la France »a-t-elle déclaré, faisant écho aux propos de M. Mélenchon.

« Le débat, oui. Bloquer, non », a déploré la ministre de l’Enseignement supérieur, Sylvie Retailleau, sur BFM-TV, qui a contesté le rôle joué par les « insoumis » dans la mobilisation. Châtiment « le jeu dangereux » de LFI à « à des fins électorales »elle a accusé les dirigeants de la protestation d’être « irresponsable » promouvoir « l’anarchie » sur le campus.

Lisez également le rapport | Article réservé à nos abonnés Aux Etats-Unis, le campus de Columbia assiégé sur fond de guerre à Gaza

La mobilisation à Sciences Po Paris intervient au moment où plusieurs universités américaines – dont les prestigieuses Harvard, Yale et Princeton – sont mobilisées, et parfois occupées, pour protester contre la guerre à Gaza.

Les ateliers du monde

Cours en ligne, cours du soir, ateliers : développez vos compétences

Découvrir

L’Université Columbia à New York a reporté vendredi la date limite fixée à minuit (6 heures du matin BST) pour que les étudiants pro-palestiniens puissent évacuer le campus, occupé pour protester contre la guerre dans la bande de Gaza. » annonça-t-elle.

Des dizaines d’arrestations ont eu lieu la semaine dernière, après que les responsables de l’université ont appelé la police à mettre fin à une occupation accusée par plusieurs personnalités d’alimenter l’antisémitisme. Les manifestations pro-palestiniennes se sont ensuite poursuivies sur le campus mercredi. Plus de deux cents manifestants ont été arrêtés mercredi et jeudi dans les universités de Los Angeles (Californie), Boston (Massachusetts) et Austin (Texas), où quelque deux mille personnes se sont à nouveau rassemblées jeudi.

Le Monde avec l’AFP

Réutiliser ce contenu