Skip to content
La NFL met en garde les équipes et exhorte à la patience pour licencier les entraîneurs et les cadres


Aujourd’hui, la NFL a informé les propriétaires d’équipes que les 32 franchises de la ligue se sont combinées pour dépenser 800 millions de dollars sur les entraîneurs licenciés et les cadres de front-office au cours des cinq dernières années, selon Adam Schefter d’ESPN. Le message a été livré avec une intention et a certainement été stratégiquement chronométré. La ligue implore les équipes de faire preuve de patience « dans l’espoir d’essayer de réduire les dépenses massives liées au licenciement de personnes occupant des postes clés et de haut niveau ». Le moment du message était stratégiquement dans les semaines précédant la fin de la saison régulière, lorsque la propriété de l’équipe et les décideurs commencent à formuler comment ils aimeraient attaquer l’intersaison.

Chaque équipe a reçu des feuilles de calcul détaillant les employés que l’équipe a licenciés et les coûts qui en résultent pour l’équipe pour chaque licenciement. La ligue veut que les équipes voient les dépenses inutiles encourues par l’instabilité et le coût exact pour les employés qu’elles avaient payés pour des services qui n’étaient plus rendus. Ces détails ont été livrés dans l’espoir que chaque franchise tiendra compte de ces chiffres alors qu’elle envisage d’apporter des changements importants à son personnel pendant l’intersaison.

Les Géants en sont un exemple notable. New York paie actuellement trois entraîneurs en chef différents cette saison. Pat Shurmur a été licencié il y a près de trois ans seulement deux ans après le début d’un contrat de cinq ans. Deux ans plus tard, l’équipe a renvoyé Joe Judge, qui n’a également été entraîneur que deux ans après un contrat de cinq ans. Les deux reçoivent toujours des chèques de paie des Giants, qui se vantent maintenant Brian Daboll comme entraîneur-chef.

L’année dernière, neuf équipes se sont séparées de leurs entraîneurs principaux : les Bears, les Broncos, les Texans, les Jaguars, les Raiders, les Dolphins, les Vikings, les Saints et les Giants. Cinq franchises, dont quatre énumérées ci-dessus, se sont également retrouvées à la recherche de nouveaux directeurs généraux : les Bears, les Raiders, les Vikings, les Giants et les Steelers. En moyenne, la ligue voit environ sept changements d’entraîneur-chef chaque année.

Jusqu’à présent cette saison, deux entraîneurs en chef ont perdu leur emploi. Ancien entraîneur des Panthers Matt Rhule a été licencié seulement trois ans après le début d’un contrat de 60 millions de dollars sur sept ans. Ancien entraîneur des Colts Frank Reich a également été résilié avec quatre ans restants sur son contrat actuel, laissant environ 36 millions de dollars à payer. De plus, les Titans ont limogé le directeur général Jon Robinson avec quatre ans restants sur son contrat.

Avec ces chiffres criards qui s’additionnent avant même l’approche de l’intersaison, il est facile de comprendre pourquoi la ligue prêche la patience. La vraie question est : quelqu’un écoutera-t-il ? Les bases de fans ne se soucient pas de combien une équipe doit dépenser pour progresser vers le succès. Si les décideurs de l’équipe sont convaincus qu’un changement de leadership est nécessaire pour améliorer leurs chances de succès, est-ce qu’une note de service à la baisse du bureau de la ligue va vraiment les arrêter ?

L’histoire et la raison prédisent que la réponse à cette question est « non ». Si cela s’avère être une année moyenne, nous avons environ cinq autres licenciements d’entraîneurs-chefs à venir. On ne sait pas combien d’équipes découvriront également un besoin de changement dans le front-office. La NFL ne le veut peut-être pas, mais on suppose que le lundi noir est plus inévitable que jamais.



Sports Grp1

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.