la plateforme regrette « une décision administrative prise sans aucune demande ni question »

Le porte-parole du réseau social a déclaré sur France Inter qu’il était « à la disposition des autorités pour engager des discussions ».

Publié


Temps de lecture : 1 min

« Il est regrettable qu’une décision administrative de suspension du service TikTok ait été prise sur le territoire de la Nouvelle-Calédonie, sans aucune demande ni question, ni demande de suppression de contenu, de la part des autorités locales ou du gouvernement français », a déclaré TikTok France à France Inter jeudi 16 mai, tandis que le gouvernement a annoncé mercredi 15 mai l’interdiction du réseau social en Nouvelle-Calédonie pour limiter notamment les contacts entre émeutiers. Une mesure permise par la proclamation de l’état d’urgence et la présence d’un opérateur télécoms unique sur le territoire.

La plateforme garantit que son « Les équipes de sécurité surveillent la situation avec beaucoup d’attention » en Nouvelle-Calédonie et « montre » à quoi le « la plateforme est sûre ». « Nous restons à la disposition des autorités pour engager des discussions »poursuit un porte-parole du réseau social.

Selon les informations de France Inter, aucun signe d’opération de désinformation n’est apparu sur TikTok.

Quitter la version mobile