Skip to content
La police de San Francisco envisage de laisser les robots utiliser la « force mortelle »


Le département de police de San Francisco propose une nouvelle politique qui donnerait aux robots le droit de tuer, comme l’a rapporté plus tôt Mission locale (passant par Engadget). Le projet de politique, qui décrit comment le SFPD peut utiliser des armes de type militaire, stipule que les robots peuvent être « utilisés comme une option de force meurtrière lorsque le risque de mort pour des membres du public ou des officiers est imminent et l’emporte sur toute autre option de force ».

Tel que rapporté par Mission locale, les membres du comité des règles du conseil de surveillance de la ville examinent depuis plusieurs semaines la nouvelle politique d’équipement. La version originale du projet n’incluait aucun langage entourant l’utilisation de la force meurtrière par les robots jusqu’à ce qu’Aaron Peskin, le doyen du conseil de surveillance de la ville, ait initialement ajouté que « les robots ne doivent pas être utilisés comme recours à la force contre qui que ce soit. ”

Cependant, le SFPD a renvoyé le brouillon avec une ligne rouge barrant l’ajout de Peskin, le remplaçant par la ligne qui donne aux robots le pouvoir de tuer des suspects. Selon Mission locale, Peskin a finalement décidé d’accepter le changement car « il pourrait y avoir des scénarios où le déploiement d’une force létale était la seule option ». Le comité des règles de San Francisco a approuvé à l’unanimité une version du projet la semaine dernière, qui sera confrontée au conseil de surveillance le 29 novembre.

Comme indiqué dans la politique d’équipement, la SFPD dispose actuellement de 17 robots télépilotés, mais seuls 12 sont fonctionnels. En plus d’accorder aux robots la capacité d’utiliser la force meurtrière, la proposition les autorise également à être utilisés dans « la formation et les simulations, les arrestations criminelles, les incidents critiques, les circonstances urgentes, l’exécution d’un mandat ou lors d’évaluations d’appareils suspects ».

Alors que la plupart des robots répertoriés dans l’inventaire du SFPD sont principalement utilisés pour désamorcer des bombes ou traiter des matières dangereuses, les nouveaux modèles Remotec ont un système d’armes en option, et le F5A existant du département dispose d’un outil appelé le disrupteur PAN qui peut charger un fusil de chasse de calibre 12. coquilles. Il est généralement utilisé pour faire exploser des bombes à distance. Le QinetiQ Talon du département peut également être modifié pour contenir diverses armes – une version armée du robot est actuellement utilisée par l’armée américaine et peut équiper des lance-grenades, des mitrailleuses ou même un fusil anti-matériel de calibre .50.

« Le besoin de SFPD de fournir une force mortelle via un robot serait une circonstance rare et exceptionnelle »

« Le SFPD a toujours eu la capacité d’utiliser la force létale lorsque le risque de mort pour des membres du public ou des officiers est imminent et l’emporte sur toute autre option de force disponible », a déclaré l’officier du SFPD Eve Laokwansathitaya, dans une déclaration à Le bord. « SFPD n’a aucune sorte de plan spécifique en place car les opérations inhabituellement dangereuses ou spontanées où le besoin de SFPD de fournir une force mortelle via un robot serait une circonstance rare et exceptionnelle. »

Le département de police de Dallas a utilisé un robot pour exercer une force meurtrière pour la première fois en 2016. Il a utilisé un robot de déminage – le même modèle Remotec F5A appartenant au SFPD – armé d’un engin explosif pour tuer un suspect qui a tiré et tué cinq policiers et en a blessé plusieurs autres. À l’époque, le chef de la police de Dallas, David Brown, a déclaré que le département « n’avait pas d’autre choix que d’utiliser notre robot explosif et de placer un appareil sur son extension pour qu’il explose là où se trouvait le suspect ».

Le mois dernier, un rapport de L’interception a révélé que le département de police d’Oakland en Californie envisageait également de laisser les robots Remotec F5A équipés de fusils de chasse utiliser une force meurtrière. Peu de temps après la publication du rapport, le PD d’Oakland a annoncé sur Facebook qu’il avait décidé de ne pas ajouter de « véhicules télécommandés armés au département ». Pendant ce temps, un groupe de fabricants de robots, dont Boston Dynamics, a signé un engagement de ne pas armer leurs robots plus tôt cette année.


Entertainment

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.