Skip to content
La pollution cause 10% des cas de cancer en Europe, selon un rapport de l’UE


L’exposition à la pollution de l’air, au radon radioactif, aux rayons ultraviolets, à l’amiante, à certains produits chimiques et à d’autres polluants est à l’origine de plus de 10 % de tous les cas de cancer en Europe, a révélé mardi 28 juin un rapport de l’Agence européenne pour l’environnement (AEE).

Avec plus de trois millions de nouveaux patients et 1,3 million de décès chaque année, le cancer est devenu l’une des principales priorités de la Commission européenne dans le domaine de la santé, suscitant des propositions législatives visant à réduire la pollution de l’air et de l’eau, dans le but de réduire l’exposition humaine aux risques de cancer.

Le chef de l’AEE, Hans Bruyninckx, a déclaré que la réduction de la pollution serait « un investissement efficace » dans le bien-être des citoyens.

« Nous voyons l’impact de la pollution dans notre environnement sur la santé et la qualité de vie des citoyens européens et c’est pourquoi la prévention de la pollution est si cruciale pour notre bien-être », a-t-il déclaré dans un communiqué.

La pollution de l’air elle-même est responsable d’environ un pour cent de tous les cas de cancer, en particulier du poumon, et d’environ deux pour cent de tous les décès par cancer en Europe.

Mais des études récentes ont également trouvé un lien entre l’exposition à long terme aux particules (un type de polluant de l’air) et la leucémie, selon l’AEE.

Alors que l’UE a établi des normes de qualité de l’air juridiquement contraignantes pour lutter contre la pollution de l’air en 2015, la grande majorité de la population en Europe est toujours exposée à des concentrations de polluants atmosphériques supérieures aux lignes directrices internationales sur la qualité de l’air de l’Organisation mondiale de la santé.

Il y a actuellement 29 procédures d’infraction en cours, contre 18 États membres, pour non-application des règles actuelles de l’UE en matière de qualité de l’air.

On estime que la réduction de la pollution de l’air aux niveaux recommandés par l’OMS dans l’UE pourrait prévenir 51 213 décès prématurés chaque année.

Néanmoins, d’autres facteurs environnementaux sont également liés au cancer.

Cancer et changement climatique

L’exposition aux émissions toxiques de radon dans les bâtiments est liée à jusqu’à 2% des cas de cancer, tandis que le rayonnement ultraviolet – principalement émis par le soleil – serait responsable de jusqu’à 4% de tous les cas en Europe.

Les cas de mélanomes malins, un type de cancer de la peau, ont augmenté en Europe au cours des dernières décennies.

Mais la Norvège, le Danemark, la Suède, les Pays-Bas et l’Allemagne ont enregistré le plus grand nombre de nouveaux cas de mélanome en Europe en 2020, selon des études récentes.

Et l’AEE note que la hausse des températures associée au changement climatique peut inciter les gens à passer plus de temps à l’extérieur, entraînant une augmentation de l’exposition aux rayons UV.

« Sans mesures de prévention supplémentaires, une augmentation des niveaux de rayons UV en Europe entraînerait probablement une augmentation des cancers de la peau », a averti l’agence basée à Copenhague.

Pollution chimique

De plus, l’exposition à l’amiante et à certains produits chimiques, tels que les PFAS et les pesticides dangereux, sont également répertoriés par l’AEE comme facteurs de risque de conduite du cancer.

Alors que l’UE a interdit l’amiante en 2005, de nombreux travailleurs impliqués dans la rénovation et la démolition de bâtiments sont exposés à des niveaux élevés de ces agents cancérigènes – l’amiante représentant 55 à 88 % de tous les cancers du poumon liés au travail.

De même, une part importante de l’exposition aux produits chimiques a lieu sur le lieu de travail — des estimations suggérant qu’environ 17 % des travailleurs de l’UE sont exposés à des produits chimiques dangereux pendant au moins un quart de leur temps de travail.

Au total, 34 millions de produits chimiques toxiques sont produits et consommés chaque année dans l’UE.


euobserver-neweurope

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.