Skip to content
La population canine augmente à Montréal, le nombre de morsures aussi

La population canine a explosé dans la métropole depuis le début de la pandémie, et cela a un impact direct sur le nombre de morsures signalées, qui a dépassé les 300 en 2022.


Le nombre de chiens a augmenté de 37 % depuis 2017 pour atteindre 158 000, selon un sondage réalisé par la Ville de Montréal en décembre 2021.

Les chats ne sont pas en reste : ils sont 53% plus nombreux, soit 353 000.

Près de 50 % des ménages montréalais possèdent au moins un animal de compagnie, et 110 000 ménages ont acquis un chien ou un chat depuis le début de la pandémie, indiquent les données municipales.

Selon la Ville, c’est cette augmentation, conjuguée aux périodes de confinement, qui explique qu’il y ait plus d’animaux dangereux : depuis début 2022, 301 morsures ont été déclarées aux autorités, contre 263 pour l’ensemble de l’année 2021. , et 189 chiens au comportement agressif ont été signalés, contre 152 en 2021.

Morsures de chien signalées à Montréal

2022 (au 8 décembre) : 301

2021 : 263

2020 : 228

2019 : 251

Source : Ville de Montréal

« Le confinement a fait que les gardiens, comme leurs chiens respectifs, ont peu socialisé durant cette période. Plusieurs ont eu des chiots qui ont peu de compagnie avec d’autres chiens ou des personnes tout au long de leurs premiers mois de vie, et ils se sont retrouvés, pour certains, dans des situations où ils savaient à peine comment se comporter », indique, dans une réponse par mail, le publiciste Gonzalo Nunez.

Euthanasie

Présentement, 124 Montréalais ont besoin d’une licence spéciale pour leurs chiens, car ils ont été déclarés « potentiellement dangereux ». Les gardiens doivent donc respecter des conditions particulières (dont le port d’une muselière et d’une laisse de 1,25 mètre maximum). Vingt nouveaux chiens ont été déclarés potentiellement dangereux en 2022, contre 27 en 2021 et 31 en 2020.

La ville a ordonné l’euthanasie de six chiens dangereux au cours de l’année écoulée, mais ses dossiers indiquent que deux d’entre eux sont « disparus ».

Une ordonnance d’euthanasie émise en 2021 a entraîné une contestation judiciaire toujours pendante, accordant un sursis à l’animal.

Dans cette affaire, impliquant un pit-bull qui a attaqué un autre chien, un juge de la Cour supérieure a confirmé l’ordonnance d’euthanasie dans une décision rendue en juin dernier. Le chien mordant, nommé Mira, a infligé des morsures au dos et à la tête d’un autre chien, Watson. Le propriétaire de Watson a également subi des blessures superficielles aux mains alors qu’il tentait de protéger son chien. Mira n’en était pas à ses premières attaques, indique le jugement.

La gestion des chiens à risque et potentiellement dangereux pour lesquels une ordonnance d’euthanasie est donnée a coûté 164 800 $ à la Ville en 2021, mais les élus municipaux sont appelés à accorder une somme supplémentaire de 15 000 $ pour les soins de Mira pour la durée de la contestation judiciaire , selon des documents déposés pour la prochaine réunion du conseil municipal, le 19 décembre.

Ces services coûteront 223 500 $ en 2023. Proanima, un organisme sans but lucratif ayant des installations à Boucherville et à Saint-Jean-sur-Richelieu, est aux commandes.

La Patrouille Animalière de Montréal a effectué 4 997 interventions et émis 417 constats d’infraction en 2022, comparativement à 554 en 2021, 756 en 2020 et 1 060 en 2019.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.