Skip to content
la poursuite du soutien à l’Ukraine en discussion au G7 et à l’OTAN


Les dirigeants des grandes puissances, dont le président américain, Joe Biden, ont rendez-vous à partir de dimanche lors de sommets cruciaux du G7, puis de l’Otan, alors que la guerre en Ukraine s’installe dans la durée. Sur le terrain militaire, les forces ukrainiennes luttent contre la poussée de l’armée russe. Kyiv compte désormais sur l’arrivée d’armements lourds réclamés sans relâche aux alliés occidentaux. Suivez en direct les dernières informations sur le conflit en Ukraine.

  • 6h45 : G7, OTAN, deux sommets pour maintenir l’unité face à la Russie

Les dirigeants des grandes puissances, dont le président américain, Joe Biden, ont rendez-vous à partir de dimanche dans les Alpes bavaroises, pour la réunion annuelle du club des sept pays industrialisés (G7) comprenant l’Allemagne, le Canada, la France, l’Italie, le Japon , Royaume-Uni et États-Unis.

La poursuite du soutien à l’Ukraine, quatre mois après le début de l’offensive russe, sera au cœur de cette rencontre puis du sommet de l’OTAN, qui se tiendra sur deux jours à Madrid à partir du 28 juin.

Le chancelier Olaf Scholz, hôte du G7, l’a rappelé cette semaine : le soutien à l’Ukraine demandera « de la persévérance [car] nous sommes encore loin » des négociations de paix entre Kyiv et Moscou.

La guerre en Ukraine pourrait durer « des années », a prévenu le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg.

  • 5h50.: En difficulté à l’est, les forces ukrainiennes attendent des armes lourdes

Au sol, minées par la puissance de feu de l’artillerie et de l’aviation russes, les forces ukrainiennes fondent désormais leurs espoirs sur l’arrivée d’armes lourdes réclamées sans relâche aux alliés occidentaux, comme les lance-roquettes multiples Himars américains.

Le ministre ukrainien de la Défense, Oleksiy Reznikov, a annoncé jeudi l’arrivée des premiers exemplaires de ces armes puissantes et précises, quelques heures avant que la Maison Blanche n’annonce une nouvelle série d’aides militaires. à Kyiv, d’un montant de 450 millions de dollars.

  • 3h38 : l’UE valide la candidature de l’Ukraine, amertume dans les Balkans

L’Union européenne, réunie en sommet à Bruxelles, a entériné jeudi la candidature de l’Ukraine et de la Moldavie, une étape hautement symbolique près de quatre mois après l’invasion lancée par l’armée russe.

L’octroi du statut de candidat à l’UE à ces deux pays est un « signal très fort vis-à-vis de la Russie », a estimé le président français Emmanuel Macron, y voyant « un geste politique » de « l’Europe forte et unie ». « Nous avons avancé à pas de géant », et « nous devons tout cela au peuple ukrainien qui se bat pour défendre nos valeurs, sa souveraineté, son intégrité territoriale ».

Bloqués depuis des années dans l’antichambre de l’UE, les pays des Balkans occidentaux déjà candidats à l’adhésion n’ont pour leur part pas caché leur amertume face à la longueur des procédures.

« C’est une bonne chose de donner le statut » de candidat à Kyiv, a déclaré le Premier ministre albanais, Edi Rama, avant une rencontre à Bruxelles avec les dirigeants européens. Mais il a conseillé aux Ukrainiens de « ne pas se faire d’illusions » sur leur adhésion peu de temps après.

Plusieurs représentants d’États membres ont averti que les Ukrainiens ne devaient « pas se faire d’illusions » sur une adhésion rapide. Emmanuel Macron avait ainsi estimé en mai qu’une adhésion de Kyiv prendrait « des décennies ».

Avec Reuters et AFP

France 24 Europe

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.