La première voiture électrique à batterie solide pourrait voir le jour en 2026

La batterie solide ne serait plus une illusion. SAIC Motors, société mère de MG, prévoit de l’intégrer dans une berline électrique d’ici deux ans.

C’est la prochaine étape très probable en matière de batteries, qui pourrait définir de nouvelles normes d’autonomie et marquer un tournant majeur dans l’adoption des voitures électriques : la batterie solide. Pour une fois, un constructeur se risque à donner une date qui n’a rien d’énigmatique. Il s’agit du chinois SAIC Motors qui prévoit de commercialiser son premier modèle à batterie solide dès 2026.

Longtemps considérée comme l’objectif à atteindre, cette technologie pose des difficultés considérables en termes de développement. À tel point qu’au début de cette année, en février, six des principaux acteurs du secteur ont uni leurs forces pour accélérer la R&D y relative. Dans le même temps, des constructeurs aussi sérieux que Mercedes ont pris le chemin inverse en admettant avoir réduit leurs investissements dans les batteries à semi-conducteurs. Toutefois, les progrès permis par la batterie solide sont considérables. Outre une meilleure densité énergétique et moins de fluctuations en fonction des températures, l’avantage majeur de la batterie solide est son coût de fabrication nettement inférieur aux modèles actuels et qui permettrait, en théorie, de réduire considérablement le prix des voitures électriques.

Im Motors Ev L6 Arrière
© IM L6 – Saic Motors

SAIC et Nissan, premiers dans le domaine des batteries à semi-conducteurs

Dans ce contexte, l’annonce de SAIC Motors est pour le moins surprenante. La majorité des constructeurs misent sur la commercialisation de voitures équipées de cette technologie de batterie après 2030. Seul Nissan s’était risqué à une prévision plus ambitieuse en admettant avoir un objectif pour 2028. Le constructeur japonais a également inauguré cette année l’usine dans laquelle seront produites ses batteries à semi-conducteurs, à Yokohama.

L’annonce de SAIC est un choc, d’autant que le groupe semble avoir un plan bien précis en tête. En effet, cette annonce est intervenue en même temps que la présentation de la nouvelle berline électrique, IM L6. En effet, ce modèle possède déjà une batterie atypique dans la mesure où il dispose d’une batterie semi-solide. Concrètement, il s’agit d’un socle de batterie solide, mais couplé à un électrolyte liquide. Cependant, cette annonce a obligé SAIC à en dire plus sur l’avancée de ses travaux. C’est ainsi que le constructeur a reconnu que l’objectif était de remplacer, relativement rapidement, cet électrolyte liquide par un équivalent solide. Le groupe chinois compte y parvenir dans un délai assez court puisqu’il vise une production à grande échelle en 2026.

Bien entendu, SAIC n’a pas dévoilé le nom du premier modèle qui bénéficiera de cette technologie. Compte tenu de sa plateforme technique, l’IM L6 pourrait être l’heureux élu. A moins que SAIC ne décide de privilégier sa marque la plus connue, MG.

🔴 Pour ne manquer aucune actualité de 01net, suivez-nous sur Google News et WhatsApp.