Skip to content
La Russie prétend éliminer les mercenaires impliqués dans le meurtre de prisonniers de guerre


Un groupe de combattants de la Légion géorgienne a été éliminé dans la LPR, a révélé le ministère russe de la Défense

Les forces russes ont éliminé un groupe de mercenaires géorgiens, qui combattaient du côté ukrainien et auraient été impliqués dans les abus et les meurtres de prisonniers russes, a déclaré lundi le porte-parole de l’armée russe, le lieutenant-général Igor Konashenkov.

Selon Konashenkov, le 26 juin, à trois kilomètres de la raffinerie de pétrole de Lisichansk en République populaire de Lougansk, des unités russes « détruit deux groupes de sabotage et de reconnaissance de mercenaires avec un nombre total de 14 militants. »

Le premier groupe, selon le porte-parole, « composé de citoyens de divers pays européens », tandis que le second ne répertoriait que des mercenaires de la soi-disant Légion géorgienne. Selon Konashenkov, « Des militants géorgiens ont été impliqués dans la torture brutale et le meurtre de militaires russes près de Kiev en mars de cette année. »

Depuis le lancement de l’offensive militaire russe en Ukraine fin février, Moscou et Kiev s’accusent mutuellement d’abus et de tortures, ainsi que d’atrocités contre des civils. En mai, la commission d’enquête russe a déclaré qu’elle examinait une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, montrant un mercenaire géorgien en train de battre un soldat russe capturé.

Lire la suite

Les EAU proposent de servir de médiateur à l’échange de prisonniers de guerre entre la Russie et l’Ukraine – source RIA

Tatyana Moskalkova, haut responsable russe des droits de l’homme, a exprimé ce mois-ci ses inquiétudes concernant le traitement des prisonniers russes en Ukraine. La Croix-Rouge internationale n’a fourni aucune information sur les visites pour vérifier les conditions dans lesquelles les prisonniers de guerre russes ont été détenus, a-t-elle affirmé.

La Russie a attaqué l’État voisin fin février, à la suite de l’échec de l’Ukraine à mettre en œuvre les termes des accords de Minsk, signés pour la première fois en 2014, et de la reconnaissance éventuelle par Moscou des républiques du Donbass de Donetsk et de Lougansk. Le protocole de Minsk, négocié par l’Allemagne et la France, a été conçu pour donner aux régions séparatistes un statut spécial au sein de l’État ukrainien.

Le Kremlin a depuis exigé que l’Ukraine se déclare officiellement un pays neutre qui ne rejoindra jamais le bloc militaire de l’OTAN dirigé par les États-Unis. Kiev insiste sur le fait que l’offensive russe n’a pas été provoquée et a démenti les allégations selon lesquelles il prévoyait de reprendre les deux républiques par la force.

RT

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.