Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

La slovaquie annonce l’arrêt de ses livraisons d’armes à Kiev


Le Premier ministre slovaque, Robert Fico, a confirmé jeudi l’arrêt des livraisons d’armes à l’Ukraine. « La guerre en Ukraine n’est pas la nôtre, nous n’avons rien à voir avec cette guerre », a-t-il déclaré. Le Kremlin a réagi à cette annonce en la minimisant, estimant qu’elle « n’affectera guère l’ensemble du processus ».

2 minutes

Parole tenue. Le nouveau Premier ministre slovaque, Robert Fico, a annoncé jeudi 26 octobre la fin des livraisons d’armes à l’Ukraine, limitant son soutien à son voisin à « l’aide humanitaire et civile ».

« Nous considérons l’aide à l’Ukraine uniquement comme une aide humanitaire et civile, nous ne fournirons plus d’armes à l’Ukraine », a déclaré Robert Fico, au lendemain de sa nomination à la tête d’un gouvernement de coalition associé à un parti d’extrême droite pro-russe. « La guerre en Ukraine n’est pas la nôtre, nous n’avons rien à voir avec cette guerre », a-t-il ajouté.

Voir égalementUkraine : la fatigue ?

Selon lui, « la cessation immédiate des opérations militaires est la meilleure solution pour l’Ukraine ». « L’UE devrait passer du statut de fournisseur d’armes à celui d’artisan de la paix », a-t-il insisté.

Le Kremlin a immédiatement réagi à cette annonce, en minimisant son importance. « La part de la Slovaquie dans les livraisons d’armes (à Kiev, ndlr) n’était en fait pas si grande, et c’est pourquoi cela n’affectera guère l’ensemble du processus », a déclaré le porte-parole à la presse. du Kremlin, Dmitri Peskov, avant d’accuser une nouvelle fois les États-Unis d’alimenter le conflit en aidant l’Ukraine.

« Une politique étrangère slovaque souveraine »

Lors de ses déclarations devant les députés, Robert Fico a également annoncé qu’il ne soutiendrait pas de nouvelles sanctions contre la Russie « tant que nous n’aurons pas analysé leur impact sur la Slovaquie ». « Si de telles sanctions doivent nous nuire, comme c’est le cas pour la plupart des sanctions, je ne vois aucune raison de les soutenir », a-t-il insisté.

La veille, nommé chef du gouvernement, Robert Fico avait annoncé « une politique étrangère slovaque souveraine ».

Lire aussiMenace nucléaire russe : Poutine n’a pas l’intention d’attaquer, mais « rappelle ses capacités de dissuasion »

Son parti Smer-SD est arrivé premier aux élections législatives de septembre, au cours desquelles il avait déjà promis que la Slovaquie n’enverrait pas « une seule munition » à l’Ukraine et appelait à de meilleures relations avec la Russie.

Pour former un gouvernement, Robert Fico, qui a déjà occupé le poste de Premier ministre à deux reprises, s’est allié au parti d’extrême droite SNS et à un parti de gauche, le Hlas. Le SNS, dirigé par l’ancien président du Parlement Andrej Danko, partage la rhétorique anti-réfugiés et pro-russe du Smer-SD.

Avec l’AFP

France 24 Europe

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page