La star de l’électro Moby sort un nouvel album et annonce son retour sur scène « pour la cause animale »

La tournée européenne de Moby inclura le Zénith de Paris le 24 septembre 2024.

Publié


Temps de lecture : 3 minutes

Moby le 23 septembre 2023 à Los Angeles, Californie.  (EMMA MCINTYRE/GETTY IMAGES AMÉRIQUE DU NORD)

« Défendre les animaux, c’est mon métier désormais » : Moby, star de l’électro, reviendra sur scène en Europe à l’automne pour les 25 ans de son album culte Jouer et reversera les bénéfices à des organisations partageant ses luttes. « 99% du spectacle de ma tournée européenne en septembre sera basé sur des albums Jouer (1999), 18 (2002) ou Hôtel (2005), je veux donner aux gens ce qu’ils veulent entendre, sinon ce serait égoïste »expose l’artiste, rejoint par l’AFP via une vidéo depuis les Etats-Unis. « Des groupes comme Radiohead, qui ne jouent plus Creep (un de leurs tubes), je ne comprends pas », poursuit l’artiste.

Les hits du disque Jouervendu à plus de 12 millions d’exemplaires dans le monde, comme Porcelaine, Bleus Naturels Et Pourquoi mon cœur se sent-il si mal? résonnera au Zénith de Paris le 24 septembre. Sa tournée passera également par Manchester, Londres, Anvers, Berlin, Düsseldorf et Lausanne en septembre. Ce sont les premiers concerts de l’Américain depuis plus de dix ans.

Moby, 58 ans, sort également un nouvel album vendredi 14 juin. Toujours centré la nuit, du nom de son label créé en juin 2022, qui le voit collaborer avec de nombreux artistes.

Moby arbore un énorme tatouage « Animal » sur un bras, « Droits » de l’autre, soit « Droits des animaux ». « J’ai aussi Vegan for life sur mon cou, je suis vegan depuis 37 ans », confie le musicien. « J’adore faire de la musique mais c’est pour moi un refuge paisible et heureux, ce n’est plus vraiment un travail, défendre les animaux est mon métier désormais. »

Pour défendre la cause qui lui tient à cœur, Moby passe à l’action « stratégiquement », chercher à « identifier » où cela peut aider le plus entre les sphères « politiques, philanthropiques, médiatiques… ». « Je n’aime pas aller à Washington mais j’y vais parfois pour faire pression sur l’administration américaine », il explique. Il admet que la course à la présidentielle entre Joe Biden et Donald Trump complique les choses.

Dans le camp Biden, « Il y a des gens bien intentionnés, mais ils ont peur de faire quelque chose qui pourrait aider Trump : s’ils soutiennent ouvertement le véganisme, ils risquent de perdre des électeurs. » Quant à Trump, Moby ne pense pas « Il s’intéresse à tout autre chose qu’à lui-même, c’est un sociopathe, un narcissique et il déteste les animaux parce qu’ils ne peuvent rien faire pour lui. »

En 1996, le musicien sort un album intitulé Déjà, Droits des animaux. Et en 2023, il réalise Film végétalien punk rock, documentaire montrant les liens entre la scène punk – dont il est originaire – et la cause animale. « J’ai grandi entouré d’humains chaotiques, très jeune j’ai appris à ne pas faire confiance aux êtres humains »il rembobine. « Les animaux ne sont pas irrationnels, s’ils sont en colère, c’est pour une raison, contrairement aux humains. » « À 19 ans, je me disais, on ne peut pas aimer les animaux et manger des burgers, ce serait comme aimer des enfants et les manger. En 1984, je suis devenu végétarien, en 1987 végétalien. ». Il possédait même un restaurant végétalien à Los Angeles, qui a fermé pendant la crise du Covid et n’a pas pu rouvrir par la suite. Il a vendu les locaux et c’est la famille de Billie Eilish, star de la nouvelle pop, qui doit le relancer.

Sur l’un de ses nouveaux titres, Où est ta fierté ?on retrouve Benjamin Zephaniah, acteur-chanteur-poète britannique, vu dans la série Peaky Blinders et est décédé fin 2023 des suites d’une tumeur au cerveau. « C’est drôle, je ne me suis pas rapproché de lui parce que c’était un artiste, mais d’abord parce qu’il était un activiste vegan. Puis il est devenu un ami et après, je me suis dit, c’est parti, on pourrait collaborer » confie Moby.

Quitter la version mobile