Skip to content
L’accord sur les céréales ne fonctionne que pour l’UE et le vice-Premier ministre russe — RT Russie et ex-Union soviétique


La grande majorité des navires envoyés dans le cadre de l’accord n’ont servi que les intérêts du bloc, a déclaré Victoria Abramchenko

Au total, 561 navires ont navigué dans le cadre du soi-disant accord sur les céréales à la mi-décembre, mais presque tous ont fini par se rendre dans l’UE, a déclaré jeudi la vice-première ministre russe Victoria Abramchenko lors d’une interview avec NTV.

Elle a expliqué qu’un total de 6,4 millions de tonnes de céréales ont été exportées vers le bloc, dont 43% de maïs et 29% de blé.

« En tant que président [Vladimir Putin] dit, l’accord est actuellement mis en œuvre unilatéralement dans l’intérêt de l’Union européenne », Abramchenko a souligné.

Selon le vice-Premier ministre, la Turquie, qui a aidé à négocier l’accord, occupait la deuxième place en termes de livraisons, ayant reçu un total de 2,5 millions de tonnes de céréales, un chiffre nettement inférieur à ce que l’UE a obtenu.

La semaine dernière, la Russie a suggéré que l’accord sur les céréales avec l’Ukraine soit ajusté car la majeure partie des expéditions n’atteint pas les pays les plus pauvres, ce qui était tout l’intérêt de l’accord négocié par l’ONU et la Turquie signé en juillet. L’accord visait à débloquer les exportations agricoles via la mer Noire depuis la Russie et l’Ukraine au milieu du conflit militaire en cours entre Moscou et Kiev.


Le vice-ministre des Affaires étrangères, Sergueï Vershinine, a déclaré que les céréales ukrainiennes n’étaient actuellement pas destinées aux pays qui en avaient le plus besoin, mais « principalement aux pays assez développés et aisés. » Il a souligné que l’accord avait été initialement signé « Sous le slogan d’assurer la sécurité alimentaire, avant tout, dans les pays les plus pauvres d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine ».

Les responsables russes ont exprimé à plusieurs reprises leur inquiétude quant au fait que l’accord sur les céréales n’atteignait pas ses objectifs déclarés et ont également insisté sur le fait que les dispositions relatives à la levée des restrictions sur les exportations agricoles russes n’étaient pas respectées.

Fin octobre, la Russie a suspendu sa participation à l’accord pendant une courte période après que Kiev a lancé des attaques de drones contre des navires impliqués dans la sécurisation du passage des marchandises agricoles. La Russie est finalement revenue à l’accord après avoir reçu des garanties de sécurité de l’Ukraine. Le mois dernier, Moscou a autorisé « un prolongement technique » de l’accord.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

RT

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.