Skip to content
L’Allemagne prévoit de gifler les entreprises énergétiques avec plus d’impôts – Reuters – RT Business News


Le prélèvement s’appliquerait aux bénéfices supérieurs de 20 % à la moyenne des trois années précédentes

Le gouvernement allemand prévoit d’introduire un prélèvement spécial pour prélever 33% des bénéfices supplémentaires réalisés par les entreprises pendant la crise énergétique actuelle, a rapporté mercredi Reuters, citant des sources du ministère des Finances.

La taxe, appelée « contribution de l’UE à la crise énergétique », serait mise en œuvre d’ici la fin de l’année. Cela affecterait les sociétés pétrolières, charbonnières et gazières et les raffineries dont les bénéfices pour cette année et l’année prochaine dépassent 20% ou plus leur moyenne 2018-2021.

Selon le rapport, la taxe pourrait générer des revenus compris entre 1 et 3 milliards d’euros.

Selon les sources, Berlin est en pourparlers sur la taxe au niveau de l’Union européenne et a examiné plusieurs façons de la mettre en œuvre.

« Cette exigence du droit européen nous conduit sur une fine couche de glace dans le droit fiscal allemand, mais elle doit être mise en œuvre », Le ministre des Finances, Christian Linder, a déclaré lors d’une conférence, ajoutant « Au ministère des Finances, nous faisons une suggestion au Parlement sur la manière de procéder de la manière la plus responsable en termes de constitution. »


Des experts en droit fiscal ont déclaré à Reuters que la taxe pourrait être contestée légalement en tant que violation du principe général d’égalité par le biais d’un traitement inégal injustifié des entreprises.

Or, selon deux rapports du service scientifique du Bundestag, cités par Reuters, une taxe exceptionnelle est légalement possible en Allemagne.

Mardi, l’Allemagne a annoncé un autre prélèvement qui s’appliquerait aux bénéfices exceptionnels de l’électricité à partir du 1er septembre 2022 et durerait au moins jusqu’en juin 2023.

Les lobbies allemands des énergies traditionnelles et renouvelables auraient critiqué les deux prélèvements comme étant trop bureaucratiques et difficilement réalisables.

Pour plus d’histoires sur l’économie et la finance, visitez la section commerciale de RT

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

RT

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.