Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

L’ancien agent double du KGB Boris Karpichkov peut poursuivre l’agence criminelle britannique après que celle-ci ait révélé son identité

Un ancien agent double du KGB peut intenter une action en justice contre la National Crime Agency (NCA) après l’avoir accusée d’avoir divulgué à tort sa nouvelle identité, a statué la Haute Cour.

Boris Karpichkov – son ancien nom – affirme avoir reçu des menaces de mort après que ses nouveaux nom et adresse aient été communiqués aux autorités lettones par les forces de l’ordre britanniques.

L’ancien major du KGB affirme qu’il est un « homme mort ambulant », affirmant que l’État russe a eu connaissance de sa nouvelle identité et que des menaces écrites en russe ont été envoyées à son domicile.

Dans un jugement rendu vendredi par la Haute Cour, Maître Victoria McCloud s’est prononcée contre la tentative de la NCA de radier la demande ou de demander un jugement sommaire, et a déclaré que le cas de M. Karpichkov, sous réserve d’un appel, pouvait se poursuivre.

M. Karpichkov – dont le nom actuel ne peut pas être rendu public et n’apparaît pas dans le jugement – réclame des dommages-intérêts pour violations de la loi sur la protection des données de 2018 et pour utilisation abusive de ses informations privées.

Il a travaillé pour les services de sécurité russes pendant de nombreuses années et au sein des services de sécurité lettons avant de s’installer au Royaume-Uni en 1998 en tant que demandeur d’asile avec sa famille, obtenant finalement la citoyenneté britannique et une nouvelle identité.

Le jugement montre que lors d’une précédente audience devant un tribunal britannique, il s’est avéré être dans une « position unique pour confirmer la collaboration passée de hauts responsables lettons avec le KGB ».

Il était également « susceptible d’être considéré comme une menace pour les services de renseignement russes en raison de son travail d’agent double pour le LSP letton et contre les intérêts de l’État russe et de ses critiques franches et constantes à l’égard de la Russie… (sa) vie ». est en danger depuis que ces allégations ont été portées pour la première fois.

M. Karpichkov affirme qu’en 2006-2007, avant les révélations de l’affaire, il aurait également pu être victime d’une éventuelle tentative d’assassinat chimique ou biologique.

La Lettonie a tenté de l’extrader du Royaume-Uni, mais la Haute Cour a annulé une décision y consentant, estimant que sa vie serait en danger à cause « d’éléments de la pègre et du gouvernement voyous s’il était renvoyé ou extradé ».

En 2018, lors d’une deuxième tentative d’extradition, l’ANC a donné aux autorités lettones la nouvelle identité de M. Karpichkov, après quoi il affirme avoir commencé à recevoir des menaces anonymes, et en 2019 elles ont reçu son adresse, indique le jugement.

L’ANC affirme qu’elle a dû divulguer le nouveau nom et la nouvelle adresse de M. Karpichkov, ce qui s’est produit avant le Brexit, en raison des lois régissant l’échange d’informations entre les États de l’UE concernant des suspects criminels.

En rejetant la demande de la NCA, Maître McCloud a déclaré qu’il était défendable que la NCA aurait dû examiner si les divulgations étaient véritablement requises par la loi après avoir pris en compte les dispositions relatives aux droits de l’homme et à la Charte européenne.


telegraph Uk

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page