L’Angleterre efface miraculeusement la Slovaquie, pas les critiques

L'Angleterre célèbre sa victoire en huitièmes de finale de l'Euro contre la Slovaquie, à Gelsenkirchen (Allemagne), le 30 juin 2024.

Le trophée d’homme du match en main, Jude Bellingham quitte l’auditorium de la Veltins-Arena avec un cri qui traduit le triomphe de son équipe sur les critiques. Quelques secondes plus tôt, le milieu de terrain avait confié son opinion sur la qualification serrée de l’Angleterre pour les huitièmes de finale de l’Euro, dimanche 30 juin, face à la Slovaquie (2-1 a.p.). « C’est un sentiment incroyable de marquer dans les derniers instants d’un match. Vous êtes à trente secondes de rentrer chez vous et d’entendre toutes les choses les plus méchantes que les gens ont à dire sur vous. »savoure le jeune joueur, 21 ans depuis hier.

Grâce à son retourné acrobatique inscrit à la dernière minute du match (90e+4), puis au but de la tête du capitaine Harry Kane au tout début de la prolongation (91e), l’Angleterre verra les quarts de finale de la compétition. Une qualification acquise par les Three Lions après avoir essuyé de nombreuses critiques ces derniers jours, en raison de leurs prestations très décevantes lors de la phase de poules.

« Jouer pour l’Angleterre, c’est beaucoup de fierté, mais c’est aussi beaucoup de pression, car les fans attendent beaucoup de nous et parlent beaucoup. C’est sympa de pouvoir leur répondre comme ça”poursuit un Jude Bellingham revanchard, qui n’a pu s’empêcher, après son but, d’adresser un geste mimant une bouche fermée au public anglais présent à Gelsenkirchen. Ce succès ne doit cependant pas faire taire les critiques.

Lire aussi | Angleterre-Slovaquie : le résumé d’une rencontre riche en émotions qui a fini par tourner en faveur des Anglais

A l’issue de ce huitième de finale face à la Slovaquie, la sélection anglaise ne semble pas plus avancée qu’avant. Comme lors de ses trois premiers matches de la compétition, elle n’a quasiment rien produit durant l’intégralité de la rencontre, confirmant qu’elle n’est pas aussi séduisante sur le terrain que sur le papier.  » C’est un miracle « a crié un supporter anglais dans les couloirs de la Veltins-Arena, quelques secondes après le but de Bellingham et avant le début de la prolongation.

Un public mécontent

Le public venu soutenir les Three Lions a souvent exprimé son mécontentement, à coups de sifflets bruyants, face au piètre contenu proposé par les joueurs de Gareth Southgate. Pour ceux qui trouvent l’équipe de France désagréable à regarder jouer, on déconseille donc contre l’Angleterre, qui est une des équipes qui a obtenu, depuis le début de la compétition, le moinsbuts attendus (3,84 buts attendus), cet indicateur qui mesure le nombre de buts qu’une sélection aurait dû marquer en fonction de la dangerosité des tirs tentés.

Il vous reste 51,05% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.