Skip to content
L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis snobent les appels téléphoniques avec Biden – médias – News 24


Les États-Unis voulaient persuader les États du Golfe d’augmenter la production de pétrole, selon un rapport

Le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman et le cheikh Mohamed bin Zayed Al Nahyan des Émirats arabes unis ont refusé les demandes américaines de parler au président Joe Biden ces dernières semaines, a rapporté mardi le Wall Street Journal, citant des responsables américains.

« On s’attendait à un appel téléphonique, mais cela ne s’est pas produit », a déclaré un responsable américain au journal. « Cela faisait partie de l’ouverture du robinet [of Saudi oil].”

Selon le rapport, Riyad « signalé » à Biden que les Saoudiens voulaient plus de soutien dans plusieurs questions sensibles, notamment leur programme nucléaire civil et leur intervention dans la guerre civile yéménite, et les Émiratis partageaient leurs préoccupations.

Biden a finalement parlé au roi saoudien Salman bin Abdulaziz Al Saud par téléphone le 9 février, s’engageant à soutenir le royaume contre les rebelles yéménites houthis et l’Iran, tout en veillant à ce que « la stabilité des approvisionnements énergétiques mondiaux », selon la Maison Blanche. Les Émirats arabes unis auraient déclaré que l’appel entre Biden et Cheikh Mohamed serait reporté.

Le mois dernier, l’Arabie saoudite a rejeté un appel des États-Unis à augmenter la production de pétrole au milieu des tensions entre l’OTAN et la Russie et de la hausse des prix du pétrole, écrivait alors le Wall Street Journal.


Mardi, Biden a interdit les importations de pétrole et de gaz en provenance de Russie dans le cadre des sanctions concernant la campagne militaire de Moscou contre l’Ukraine. Dans le même temps, plusieurs médias américains ont rapporté que Washington envisageait d’assouplir les sanctions sur les importations de pétrole du Venezuela afin de compenser la perte d’approvisionnement énergétique de Moscou.

Le président Nicolas Maduro a confirmé qu’une équipe de responsables américains avait effectué une rare visite dans le pays sud-américain au cours du week-end, décrivant la réunion comme « respectueux » et « cordial. »

De nombreux pays, dont les États-Unis, le Royaume-Uni et les États membres de l’UE, ont imposé des sanctions radicales à la Russie, frappant ses banques, entre autres. La majorité des États européens ont interdit les vols des compagnies aériennes russes, et Moscou a réagi en conséquence. De nombreuses entreprises et marques mondiales ont déclaré qu’elles quitteraient le marché russe.

La Russie a insisté sur le fait qu’elle était forcée d’attaquer son voisin pour défendre les Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, qui se sont séparées de l’Ukraine peu après le coup d’État de 2014 à Kiev. Moscou a en outre déclaré qu’il souhaitait que l’Ukraine se déclare officiellement un pays neutre, renonçant à sa candidature pour rejoindre l’OTAN un jour.

Kiev a déclaré que l’attaque n’avait pas été provoquée et a appelé la communauté internationale à l’aide.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

RT

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.