Skip to content
L’Argentine de Messi décroche sa 3e étoile aux tirs au but malgré le show de Mbappé


Au bout du suspense, l’Argentine a battu la France aux tirs au but pour décrocher son troisième titre de championne du monde. Deux fois l’Argentine a mené, et deux fois la France est revenue grâce à des buts de Mbappé. Mais les Bleus ont craqué lors du dénouement cruel aux tirs au but (3-3, 4 tab à 2).

Un final d’anthologie. Alors que la France était méconnaissable, menée de deux buts pendant 80 minutes, Kylian Mbappé a montré aux siens les chemins de l’espoir. Au plus fort de l’événement, il a porté les Bleus. Tout comme Lionel Messi, qui a emmené l’Argentine vers un troisième titre de champion du monde, en fin de soirée (3-3, 4 tab à 2).

Dans les tribunes du stade de Lusail, les Argentins sont présents en nombre et donnent de la voix, faisant taire le contingent français de 6.000 supporters, le total le plus élevé de la compétition pour les Bleus. Dès le protocole d’avant-match, les Sud-Américains entonnent un long « Muchachos », leur tube sur cette Coupe du monde.

Au sol, l’Albiceleste montre aussi les muscles. Trouvé derrière Upamecano dans la surface grâce à une louche de Messi, Alvarez manquait sa reprise avant que l’arbitre ne signale un hors-jeu (3e). Puis Mac Allister teste Hugo Lloris à distance (5e).

Sur un long bordel dans la surface française, l’arbitre finit par attribuer la faute à la France. Son capitaine Hugo Lloris reste à terre de longues minutes. Le ralenti montre que Romero lui donne un coup de coude, mais il n’est pas pénalisé (9e).

Le blues méconnaissable

Il faut attendre le quart d’heure de jeu pour voir la première incursion française dans la surface adverse. Mbappé et Rabiot tentent de combiner après un renversement de Dembélé vers Hernandez mais la défense de l’Albiceleste veille (15e). Quelques minutes plus tard, Griezmann trouve la tête de Giroud mais ça passe au-dessus, avant que l’arbitre ne signale une faute (21e).

La France pense avoir fait le plus dur en brisant le temps fort argentin. Mais une faute de Dembélé sur Di Maria dans la surface gâche tout. Lionel Messi transforme le penalty (21e, 1-0).

Les Bleus sont méconnaissables, incapables de se relancer et incapables de bloquer les vagues argentines. Les circuits de passes n’aboutissent à rien et Mbappé est totalement privé de ballon. A se demander si le virus qui circulait cette semaine dans le groupe France a totalement disparu.

Forcément, l’Argentine a fini par doubler la mise. Le ballon est perdu par les Bleus dans le camp adverse après une intervention très limitée, la relance de l’Albiceleste est impitoyable. Messi lance Mac Allister en profondeur, côté droit. Celui-ci joue en face dans la surface pour Di Maria qui conclut du pied gauche (36e, 2-0).

Mbappé sauve la France

Au pied du mur, Didier Deschamps joue à fond. Avant même la pause, il a sorti Giroud et Dembélé pour Thuram et Kolo Muani, les 11 qui ont terminé contre le Maroc en demi-finale. Mais les Argentins savent tenir un score, quitte à multiplier les interventions brutales.

Au micro, à la mi-temps, l’entraîneur fait mauvaise figure : « Il va en falloir beaucoup pour pouvoir les inquiéter, revenir au score et les battre. Ils ont vraiment joué une finale de Coupe du monde, ce n’est pas notre cas. malheureusement », analyse-t-il.

Les Bleus reviennent des vestiaires les premiers, déterminés. Pourtant, c’est l’Argentine qui frappe en premier et Hugo Lloris doit intervenir devant Mac Allister (47e). Il est encore là sur la frappe de De Paul (49e). Il fait encore le boulot sur une frappe d’Alvarez au ras de son poteau droit (59e). Devant, les Français manquent d’imagination même s’ils se rapprochent progressivement de la surface argentine mais sans jamais mettre en danger Emiliano Martinez. Les Bleus ne correspondent tout simplement pas.

Leur premier tir cadré ? Le penalty de l’espoir à la 80e minute. Otamendi tient Kolo Muani dans la surface de réparation. Kylian Mbappé offre aux siens le droit d’y croire (80e, 2-1), et ils le font. Le prodige de Bondy réalise un une-deux avec Thuram et trompe facilement Emiliano Martinez (82e, 2-2). Tout est recommencé.


Le match échoue à basculer en faveur des Bleus sur un nouveau penalty. Mais l’arbitre estime que Marcus Thuram a plongé et lui accorde un jaune (87e). Les Bleus poussent pendant les huit longues minutes d’arrêt de jeu mais ne trouvent pas la faille alors que les Argentins semblent abasourdis (90e+3, 90e+4, 90e+6). Sur une frappe de Messi, Hugo Lloris sort son meilleur horizontal pour éviter le KO sur le gong (90e+7).

Il ne reste que du temps supplémentaire pour départager les deux meilleures équipes du monde. Une prolongation que les Bleus devront affronter sans Adrien Rabiot, expulsé pour une suspicion de commotion cérébrale. Il est remplacé par Youssouf Fofana, comme lors de la mi-temps contre le Maroc.

« N’es-tu pas content ? Triplé !

Les Bleus ont pris l’avantage psychologique. Ils multiplient les incursions sur le terrain adverse avec le renforcement des coups francs, corners et autres accélérations. Cependant, la réalisation est difficile à venir. Les Argentins résistent en brisant le jeu, profitant d’un certain laxisme en matière de cartons jaunes de l’arbitre. Et l’Argentine peut mordre à tout moment. Upamecano sauve la patrie d’un tacle miraculeux pour dévier la frappe de l’entrant Lautaro Martinez (105e). La peur change de camp.

Et Messi offre l’avantage à l’Argentine dans les surfaces de renard. Parti à la limite extrême du hors-jeu, Lautaro Martinez frappe et oblige Lloris à un arrêt extraordinaire mais insuffisant car Messi suivait. Un défenseur repousse mais l’arbitre valide tout de même le but (108e, 3-2). Les Argentins prennent leur temps pour célébrer avec des remplaçants occupant la moitié bleue.

Mais une fois de plus, la France retrouve la force et l’envie de revenir du diable. Alors qu’elle pousse, une Argentine tend la main dans sa boîte. Deuxième penalty français mais troisième but pour Kylian Mbappé, qui devient le premier joueur à avoir inscrit un triplé en finale de Coupe du monde (118e, 3-3). Malgré une dernière énorme occasion de part et d’autre, la troisième étoile s’imposera aux tirs au but.

Mbappé et Messi montrent le chemin à leurs amis pour le premier. Mais au final, c’est l’Argentine qui l’emporte, Kingsley Coman et Aurélien Tchouameni craquent au pire moment. Montiel marque le dernier but et toute l’Argentine explose de joie. Son prodige Lionel Messi remporte enfin sa Coupe du monde, l’ultime trophée qui manquait à sa collection.

La Coupe du monde au Qatar au-delà du football :



France 24 Sport

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.