L’AS Saint-Etienne en passe de changer de propriétaire

Supporters de l'AS Saint-Etienne lors d'un match entre l'AJ Auxerre et les Verts au stade Geoffroy Guichard de Saint-Etienne, le 29 mai 2022.

La question était devenue un serpent de mer dans le Forez. L’AS Saint-Etienne (ASSE) va-t-elle changer de mains ? Club historique du football français, l’équipe cherche un repreneur depuis des années. A la veille de la fin du championnat de Ligue 2 (deuxième division), les Verts ont annoncé, lundi 13 mai dans un communiqué, être entrés en négociations exclusives avec le groupe canadien Kilmer Sports Ventures, en vue de lui céder leur actions entières.

Lire aussi (2021) | Article réservé à nos abonnés Liga, Tournoi des Six Nations, All Blacks… Quand l’intérêt des fonds d’investissement séduit et inquiète le monde du sport

« La vente doit être ratifiée dans les prochaines semaines, une fois remplies les obligations d’information et de consultation des parties prenantes et des autorités compétentes »précise le club stéphanois, dont les deux présidents, Bernard Caïazzo et Roland Romeyer, négocient avec Ivan Gazidis, le directeur général du groupe canadien, spécialisé dans les placements privés, l’immobilier et le secteur du sport et des médias, et impliqué depuis plusieurs années dans le monde du sport (basketball, hockey et football).

Agé de 59 ans, ce natif grec devrait succéder au duo d’entraîneurs qui ont repris le club il y a vingt ans (2004), et relancé l’équipe du Foréz – avec notamment une victoire en Coupe de la Ligue en 2013. Ancien directeur général d’Arsenal (de 2009 à 2018), puis PDG de l’AC Milan (de 2018 à 2022), Ivan Gazidis pourrait être le prochain président de l’ASSE, si la vente à Kilmer Group se confirme.

Car les supporters stéphanois, habitués au « Chaudron » de Geoffroy-Guichard, ont été vaccinés par les expériences précédentes. En quête d’un repreneur depuis des années, les Verts ont essuyé plusieurs déboires. En 2018, le club était déjà entré en négociations exclusives avec un fonds d’investissement américain – Peak 6 –, sans que celles-ci n’aboutissent.

Puis, suite au fiasco du contrat de droits TV signé par la Ligue de football professionnel (LFP) avec le groupe Mediapro, le club a été remis en vente, en 2021, sous la pression des groupes de supporters et de la mairie de Saint-Etienne qui appeler pour  » nouvelle vie «  suscitant l’intérêt de plusieurs candidats – allant d’investisseurs américains, russes ou français, jusqu’à un prince cambodgien, Norodom Ravichak.

En lutte pour la montée en Ligue 1 (mais dépossédé le week-end dernier par Angers de la deuxième place, synonyme d’ascension directe), le club se trouve dans une situation économique compliquée, qui implique un nouvel élan d’ici la fin de la saison – et son passage devant la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG), gendarme financier du football français –, avec un budget de 27 millions d’euros cette saison et un déficit structurel d’environ 15 millions d’euros.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Football, rugby, tennis… La nouvelle passion des fonds d’investissement

Le Monde avec l’AFP

Réutiliser ce contenu
Quitter la version mobile