L’avenir du manga est-il en couleur ?

Aans le royaume du manga, le noir et blanc est roi. Mais, depuis quelques années, la couleur s’immisce de plus en plus sur ses terres, au grand désarroi des puristes. Nouvelle pierre dans leur jardin : pour fêter ses 40 ans, le manga le plus célèbre du monde, Dragon Ball, est colorisé dans une nouvelle édition disponible depuis le 15 mai en librairie. Décédé le 1euh En mars dernier, l’auteur Akira Toriyama a donné son accord pour cette édition Full Color. Un scandale pour les uns, un signe des temps et un train à prendre pour les autres.

Apparues après la Seconde Guerre mondiale, prééditées dans des magazines à un rythme bien précis (hebdomadaire, bimensuel ou mensuel), les bandes dessinées japonaises s’adressent, depuis leurs débuts, par définition, à un public populaire. Pour garantir des coûts réduits et un rythme soutenu, designers et éditeurs se sont naturellement tournés vers l’impression noir et blanc, devenue depuis la signature artistique du genre. C’est toujours le cas au présent, mais, à des moments choisis, de la couleur apparaît parfois sur les pages.

LIRE AUSSI « Dragon Ball » : les clés du succès d’une saga longue de 35 ansMettre en valeur un manga avec des pages en couleurs en début de chapitre est même devenu la norme aujourd’hui. Et un événement symbolique peut conduire à une colorisation totale. Ce fut particulièrement le cas du dernier chapitre de Narutopré-publié en couleur mais finalement imprimé en noir et blanc dans le volume re (…) Lire la suite