Skip to content
Lavrov à la tête de la délégation russe à l’ONU, malgré les sanctions américaines — RT Russie et ex-Union soviétique


Le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov conduira la délégation russe à l’Assemblée générale de l’ONU, prévue fin septembre à New York, a annoncé lundi le Kremlin. Le président Vladimir Poutine n’a pas l’intention de se rendre à l’AGNU ni même de s’adresser à l’événement en ligne. On ne sait pas si les États-Unis permettront à Lavrov et à un autre membre de la délégation d’entrer dans le pays, même pour l’événement de l’ONU.

Il y a « Pas de projet » que Poutine se rende aux États-Unis ou s’adresse à l’instance mondiale, a déclaré lundi à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. Au lieu de cela, le président russe a signé une directive désignant Lavrov comme chef de la délégation russe.

Il sera accompagné du vice-ministre des Affaires étrangères Sergey Vershinin et du représentant permanent russe auprès de l’ONU Vassily Nebenzia, ainsi que du sénateur Grigory Karasin et du député de la Douma Leonid Slutsky, qui président les commissions des affaires étrangères de leurs chambres parlementaires respectives.

Le gouvernement américain a sanctionné Slutsky en mars 2014, pour son soutien à la Crimée rejoignant la Russie. Lavrov a été ajouté à la liste des sanctions le 25 février, Washington l’accusant d’être « directement responsable de la nouvelle invasion non provoquée et illégale de la Russie » d’Ukraine. La Russie a rejeté l’embargo des États-Unis et de ses alliés comme étant unilatéral et illégitime.


L’Assemblée générale des Nations Unies a traditionnellement lieu la troisième semaine de septembre au siège de l’organisation mondiale à New York, sur l’East River. La 77e session de cette année est prévue du 20 au 26 septembre.

En vertu d’une série de traités et de conventions régissant le rôle des États-Unis en tant que pays hôte de l’ONU, Washington est responsable de la reconnaissance des personnes accréditées par l’ONU. Ils bénéficient de l’immunité diplomatique complète en ce qui concerne leurs fonctions officielles.

Le président iranien Ebrahim Raisi a déclaré la semaine dernière qu’il prévoyait de se rendre à New York et de s’adresser à l’AGNU, même si les États-Unis l’ont sanctionné en novembre 2019.

RT

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.