Skip to content
Le Bayern Munich et Liverpool se qualifient pour les quarts de finale

Le Bayern Munich a écrasé Salzbourg (7-1) et Liverpool s’est incliné face à l’Inter Milan (1-0) mardi. Cette défaite n’a pas empêché les Anglais de se qualifier pour les quarts de finale, comme les Allemands du Bayern.

Place aux quarts de finale. Le Bayern Munich de l’insoutenable Robert Lewandowski a pris le souffle de Salzbourg (7-1) pour composter, mardi 8 mars, son billet pour les quarts de la Ligue des champions, comme Liverpool pourtant battu par l’Inter Milan (1-0) à Anfield.

A l’Allianz Arena, le Bayern a montré un tout autre visage que celui affiché lors du match aller en Autriche (1-1), où Kingsley Coman avait arraché l’égalisation à la dernière minute du temps réglementaire. Mardi, la bête blessée n’a fait qu’une bouchée du RB Salzbourg.

La démonstration de force porte le sceau de Lewandowski, dont le « coup du chapeau » (12et21et et 23et) en onze minutes a stupéfié les visiteurs et ouvert la voie à un succès facile, auquel Serge Gnabry a également participé (31et), Thomas Muller (54et83et) et Leroy Sané (85et).

Les attaquants ont rapidement chassé les doutes qui ont pu escorter les Bavarois ces derniers jours, à la défense parfois fébrile et malmenée il y a trois semaines par l’octuple champion d’Autriche en titre.

Robert Lewandowski réussit un triplé au Bayern

Comme souvent, le rôle principal est revenu à « Lewi », l’attaquant polonais désormais en tête du classement des meilleurs buteurs, devant l’Ivoirien de l’Ajax Sébastien Haller (11 buts), avec douze unités en huit matches européens cette saison. .

Muet à l’aller, il s’est rattrapé en convertissant deux penaltys, qu’il a lui-même obtenus devant Maximilian Wöber (12et21et), avant que sa combativité ne soit à nouveau récompensée : sur une passe de Müller, il contrecarre le gardien venu à sa rencontre et repousse le ballon, qui est d’abord repoussé par un poteau (23et).

Au passage, l’avant-centre de 33 ans a inscrit le triplé le plus rapide après le coup d’envoi d’une rencontre de Ligue des champions, vingt-trois minutes après le coup de sifflet de Clément Turpin, devant une minute l’ancien record de Marco Simone avec l’AC Milan. , contre Rosenborg en 1996.

Sans la réduction du score du très jeune entrant Maurits Kjaergaard (18 ans) à la 70et minute, le Bayern aurait pu remporter la plus large victoire de l’histoire en phase finale de C1. Les Allemands ont tout de même égalé l’écart record qu’ils avaient eux-mêmes établi face au FC Barcelone (8-2) en quart de finale de l’édition 2019/20.

Si les champions d’Europe 2020 ont brillé, ce n’était pas le cas de leurs prédécesseurs en 2019, Liverpool, battu 1-0 à Anfield par l’Inter Milan.

Qualification sur le fil pour Liverpool

Les Reds ont souffert face aux champions d’Italie en titre, mais ils ont de nouveau intégré le Top 8 européen grâce au succès (2-0) acquis il y a trois semaines en retard à San Siro.

Le succès n’était pas du côté des Anglais. Une tête de Virgil Van Dijk a été bloquée (31et), deux tentatives de Mohamed Salah ratées sur un poteau (52et76et), et une autre occasion en or signée Luis Diaz (90et+2) a été contrecarré par un arrêt italien.

Les Intéristes, de leur côté, ont joué le coup à fond et ont pris le meilleur grâce à Lautaro Martinez (61et), buteur devant Van Dijk trop passif et Alisson dépassé. Le premier but européen cette saison de l’Argentin de 24 ans, qui a déjà inscrit un triplé vendredi en championnat, n’a pas suffi.

L’équipe dirigée par Simone Inzaghi a souffert de l’expulsion en seconde période d’Alexis Sanchez (63et), pour un deuxième carton jaune. Pourtant, elle s’est offert un visage conquérant pour son retour après dix ans d’absence dans les phases finales de C1.

Avec l’AFP

France 24 Sport

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.