Le Bénin autorise l’exportation ponctuelle du pétrole nigérien

Patrice Talon a reçu en audience ce mercredi 15 mai à Cotonou le directeur général de la société chinoise CNPC, accompagné de quelques confrères. La CNPC est en charge de la construction et de l’exploitation du pipeline d’exportation Bénin-Niger. A l’issue de l’audience, le ministre béninois de l’Energie a annoncé à la presse que le Bénin autorise de manière ponctuelle et provisoire le chargement du premier navire dans ses eaux. Mais attention, l’autorisation ne suffit pas pour démarrer un fonctionnement normal. Les Chinois offrent leurs bons offices.

Avec notre correspondant à Cotonou, Jean-Luc Aplogan

Le ministre Béninois de l’Énergie a fait deux annonces. La première : le Bénin autorise « ponctuellement et temporairement » le tout premier navire à charger du brut nigérien la plateforme Sémè. Selon le ministre, cette autorisation a été accordée suite à une demande expresse des douanes nigériennes de participer aux opérations de chargement. Ce n’est pas encore le feu vert pour le démarrage des activités opérationnelles normales.

Le ministre béninois indique que le fonctionnement normal de l’oléoduc « doit se faire dans le cadre normal des relations entre États « . Sans le répéter, le Bénin souhaite toujours rouvrir la frontière du côté du Niger. Selon nos informations, le premier navire pourra charger demain. Il a 36 heures pour le faire.

Convocation d’une réunion du comité interétatique Bénin-Niger

En savoir plus sur RFI

Quitter la version mobile