Le blanchissement mondial des coraux continue de s’aggraver

L’épisode massif de blanchissement des coraux dans le monde, provoqué par des températures record des océans, continue de s’étendre et de s’aggraver, a prévenu jeudi une agence gouvernementale américaine.

La National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) a annoncé mi-avril que le monde connaissait un nouvel épisode massif de blanchissement des coraux. C’est le quatrième enregistré depuis 1998.

Le phénomène, qui menace la survie des récifs coralliens, a déjà été confirmé dans 62 pays et territoires, tant dans l’hémisphère nord que dans l’hémisphère sud.

« Je suis très préoccupé par l’état des récifs coralliens du monde », a déclaré Derek Manzello, coordinateur du programme corallien de la NOAA, lors d’une conférence de presse.

Depuis l’annonce de ce nouvel épisode il y a un mois, « neuf autres pays et territoires ont signalé un blanchissement sévère des coraux, dont l’Inde et le Sri Lanka », a-t-il précisé. « Cela montre que cet événement prend de l’ampleur et de l’impact. »

Pas moins de 60,5 % de la superficie mondiale des récifs coralliens a été affectée par le stress thermique au cours des 12 derniers mois, un record sur un an, selon la NOAA.

Mais le précédent événement mondial de blanchiment de masse, qui a eu lieu entre 2014 et 2017, reste le pire en termes d’impact cumulé et de durée – du moins pour l’instant, a-t-il déclaré.

L’épisode actuel devrait persister et s’étendre à de nouvelles zones au cours de l’été. Les Caraïbes en particulier commencent déjà à voir la chaleur s’accumuler, très tôt dans l’année.

Déjà, la Grande Barrière de Corail, au nord-est de l’Australie, est touchée. L’accès à l’île thaïlandaise de Pling et au parc national côtier de l’île de Phuket a été fermé la semaine dernière pour tenter de protéger les coraux.

– Des températures records –

Cet événement « n’aurait pas lieu sans le changement climatique », a insisté Derek Manzello.

Les océans enregistrent des températures record depuis des mois : le mois dernier a été le plus chaud des mers pour un mois d’avril, représentant le 13e mois consécutif de record mensuel.

L’accumulation de chaleur « a été particulièrement extrême et sans précédent dans l’océan Atlantique », a déclaré Derek Manzello.

Comprendre l’ampleur des conséquences de cet épisode de blanchissement pour les coraux prendra du temps, a-t-il ajouté. Dans les Caraïbes, par exemple, les coraux qui survivent à la chaleur pourraient mourir d’ici un an ou deux « à cause de maladies ou de concentrations de prédateurs », a-t-il expliqué.

L’année 2023 a été l’année la plus chaude jamais enregistrée, portée par le changement climatique accentué par le phénomène cyclique El Niño.

Le phénomène inverse, La Nina, est attendu d’ici l’été ou l’automne, selon le météorologue de la NOAA, Dan Collins.

« J’espère que lorsque La Nina s’installera réellement, le pourcentage de récifs touchés commencera à diminuer », a déclaré Derek Manzello.

Selon la NOAA, l’année 2024 a encore 61 % de chances de surpasser l’année dernière en devenant la plus chaude jamais enregistrée.

la/pno

Quitter la version mobile