Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Le « blank run » de REM | La phase finale des tests débutera mercredi

La dernière étape avant le lancement du Réseau Express Métropolitain (REM), la fameuse « piste à blanc », débutera finalement mercredi entre la gare Brossard et la Gare Centrale. L’exercice, qui consiste à faire fonctionner le système à sa fréquence et à sa vitesse normales, mais sans aucun utilisateur, durera environ un mois.


C’est ce qu’a révélé CDPQ Infra lundi, dans un bref communiqué, ajoutant que « selon l’avancement » de cette marche à blanc, une date officielle de mise en service du REM pourrait être confirmée « dans les prochaines semaines ». .

Dans son communiqué, l’organisme ajoute que cette « phase finale consiste à simuler le service de la future ligne de métro léger, sans passagers ». Dans les prochains jours, les voitures du REM circuleront donc « avec des fréquences similaires au futur service », précise la Caisse.

Elle rappelle au passage que pour atteindre cette ultime étape, « les équipes ont franchi différents jalons décisifs au cours des 12 derniers mois, c’est-à-dire l’électrification complète des 16,6 km de l’embranchement Rive-Sud, la traversée de la rivière Samuel-De Pont Champlain et un troisième hiver consécutif d’essais intensifs ».

Autrement dit, tout cela doit maintenant fonctionner parfaitement pour espérer livrer le projet fin juillet. CDPQ Infra a déjà déclaré publiquement que son objectif était d’obtenir un taux de fiabilité global supérieur à 95 % pendant au moins 10 jours consécutifs.

Une machine à démarrer

Prévue jusqu’à récemment à la fin du printemps, la mise en service de la première tranche du REM a de nouveau été reportée à ce printemps. A la mi-mai, La presse a révélé que l’étape cruciale du « blank run » n’avait même pas commencé. Il s’agissait alors du troisième report pour cette section du REM, qui devait initialement être inaugurée à la fin de 2021. L’horaire a d’abord été reporté au printemps ou à l’été 2022, puis au printemps 2023, et enfin, durant la saison estivale.

Le coût total du projet ne sera dévoilé qu’après le lancement. Une chose est cependant certaine : il dépassera les 7 milliards de dollars annoncés jusqu’à présent. Selon nos informations, une augmentation de 30% de la facture n’est pas à exclure.

Dans l’industrie du transport en commun, on s’apprête déjà à amorcer une vaste transition avec l’arrivée du REM, la plupart des opérateurs – en premier lieu la Société de transport de Montréal (STM) et le Réseau de transport de Longueuil (RTL) – ayant procéder à des refontes majeures de leurs réseaux. La Caisse de dépôt a l’obligation légale d’aviser les différents partenaires au moins 30 jours à l’avance de la mise en service du train, dont les entreprises de transport, le gouvernement et les municipalités concernées, notamment.

La ministre des Transports, Geneviève Guilbault, n’a pas tardé à réagir lundi. « La marche à blanc du REM est une excellente nouvelle. C’est une étape cruciale qui nous rapproche de la mise en service. Plus tôt que tard, nous pourrons inaugurer ce nouveau moyen de transport qui changera notre façon de nous déplacer dans la région de Montréal. Nous continuerons à suivre le dossier de près », a-t-elle déclaré.

Mardi dernier, le président de la Caisse de dépôt, Charles Émond, rencontrait le premier ministre François Legault pour faire entre autres le point sur le REM. Sur Twitter, M. Legault avait alors évoqué un démarrage du projet « prochainement », sans toutefois avancer plus avant.

Avec Tommy Chouinard et André Dubuc


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page