le « Cannibale » Eddy Merckx s’ouvre

Deux semaines après son opération d’urgence pour une occlusion intestinale, la légende du cyclisme Eddy Merckx semble avoir retrouvé la forme. Il était apparu la semaine dernière lors de l’inauguration d’un musée du cyclisme à Aywaille, en Belgique. Dans un podcast enregistré fin 2023, le Belge a évoqué sa vision actuelle du cyclisme et a admis qu’il n’aimerait pas être coureur aujourd’hui.

« Je ne peux pas m’imaginer dans ce monde aujourd’hui »

«Maintenant, tout est beaucoup plus contrôlé et dirigé. Il faut savoir que mes premiers vélos de course n’étaient même pas personnalisés. Ils ont retiré un vélo d’un support et j’ai dû commencer à courir avec. J’ai donc remporté mon premier titre mondial sur une moto standard ordinaire. »confie l’ex-cycliste, qui aimait préparer lui-même ses vélos avant les courses.

Ne pas pouvoir participer à toutes les compétitions est également quelque chose qu’il n’aime pas dans le cyclisme actuel. « Honnêtement, je n’aurais pas aimé courir aujourd’hui. Parce que je n’aurais pas pu participer à toutes les compétitions. J’aimais trop courir. Si on m’avait dit à l’époque que je n’avais pas le droit de participer à une classique… Non, je ne m’imagine pas dans ce monde aujourd’hui”Merckx est d’accord.

A LIRE AUSSI. Duel Poulidor-Anquetil, Merckx frappé… Puy de Dôme, retour d’une place mythique sur le Tour de France

« Aujourd’hui, ils ont environ 80 jours de course. J’ai eu une année où j’ai couru pendant 195 jours. On ne peut plus comparer. Les jeunes cavaliers sont désormais tellement habitués à cela. conclut « Cannibale ».