Skip to content
Le CIO modifie les directives relatives aux transgenres — RT Sport News


Le Comité international olympique (CIO) a introduit un nouvel ensemble de directives sur les transgenres, qui, selon lui, sont conçues pour préserver des règles du jeu équitables dans le sport féminin.

La question est devenue un sujet brûlant dans le sport, la nageuse américaine Lia Thomas et l’haltérophile néo-zélandaise Laurel Hubbard étant des exemples éminents d’athlètes transgenres qui ont excellé dans la compétition féminine.

Le CIO a été critiqué l’année dernière par plusieurs athlètes féminines de haut niveau, comme l’ancienne nageuse olympique britannique Sharron Davies, après avoir déclaré qu’il devrait y avoir « pas de présomption d’avantage» pour les femmes transgenres concourant dans les catégories sportives féminines.

Cette décision a été soutenue par des militants transgenres et pour l’égalité – mais le CIO a depuis été confronté à des appels répétés pour mettre à jour sa politique afin d’avoir des exigences plus spécifiques pour certains sports dans lesquels il y avait un avantage perçu pour les athlètes trans, par rapport aux femmes nées femme.

La nouvelle déclaration du CIO les voit répondre aux critiques qui ont cours ces derniers mois, ainsi qu’appeler les différentes fédérations sportives relevant de sa compétence à garantir l’équité et l’équité pour les athlètes transgenres ainsi que pour les femmes contre lesquelles ils concourent.

La politique mise à jour stipule : « Principe 4 [fairness] reconnaît que les organisations sportives peuvent parfois avoir besoin d’émettre des critères d’éligibilité pour les compétitions séparées par sexe afin de maintenir une répartition juste et proportionnée des avantages compétitifs entre les participants.

« Il reconnaît également l’importance particulière de faire progresser l’égalité des femmes dans le sport et de préserver une concurrence juste et significative pour les athlètes féminines d’élite, ce qui peut nécessiter des critères qui limitent l’éligibilité dans certains cas..”

Fondamentalement, il indique également que divers facteurs qui peuvent avoir été ignorés auparavant doivent être pris en compte, tels que l’éthique de faire participer des athlètes transgenres à des compétitions féminines.

« L’état actuel des connaissances scientifiques et médicales [should be taken into account] ainsi que des considérations éthiques, juridiques, de droits de l’homme et sociales, » ça dit.

Le CIO, qui avait précédemment suscité des critiques pour avoir abandonné la limite de testostérone requise pour les femmes transgenres, maintenant «reconnaît que la testostérone peut être un facteur important dans la performance des athlètes d’élite dans certains sports”.

Cependant, il a également souligné que les limites de testostérone seules ne devraient pas être la seule considération et que les sports individuels devraient déterminer leurs propres critères d’éligibilité en fonction des exigences physiques d’un sport particulier.

La déclaration a également souligné que ces recommandations ne devraient s’appliquer qu’au sport d’élite et non au niveau du sport des jeunes.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

RT

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.