le City Group devra réduire sa participation dans la capitale de Gérone pour que le club espagnol aille en Ligue des Champions

S’il veut que Gérone participe à sa première Ligue des Champions la saison prochaine, le City Group, son actionnaire, doit réduire sa participation.

France Télévisions – Éditorial Sport

Publié


Temps de lecture : 2 minutes

City Group Football, maison mère de Manchester City, devra réduire sa participation dans Gérone, actuellement troisième de la Liga, pour que le club catalan puisse disputer la première Ligue des champions de son histoire la saison prochaine, a annoncé l’UEFA mercredi 15 mai.

Destiné à éviter les conflits d’intérêts, le règlement interdisant à deux équipes de participer à une même compétition européenne si elles ont le même propriétaire a dû s’adapter à l’expansion récente des consortiums de clubs, sous diverses formes juridiques.

Dans une lettre adressée mercredi soir aux chefs d’équipes européennes, l’instance de contrôle financier des clubs de l’UEFA (CFCB) précise que cette interdiction couvre plusieurs cas. « d’une influence décisive » d’une entité sur la conduite de plusieurs clubs, bien au-delà du « contrôle » liée à la majorité du capital.

Gérone, détenu à 47% par le City Group depuis 2017, est assuré de terminer dans le top 4 de la Liga et de se qualifier pour la C1, et s’est montré confiant en début de saison sur le respect des règles de l’UEFA puisque le consortium émirati ne dispose pas de la majorité l’emporte.

Mais selon la lettre du CFCB, il suffit qu’une entité « détient 30 % ou plus du capital ou des droits de vote du club », voire même seulement 10 % s’il est son principal actionnaire. Parmi les autres cas évoqués, le fait de représenter au moins 30% des revenus opérationnels, par exemple via un contrat de sponsoring, d’occuper des postes clés dans la structure du club ou d’avoir transféré au moins trois joueurs dans une même saison.

Pour que Manchester City et Gérone s’alignent tous deux dans la reine des compétitions européennes, le City Group devra donc réduire sa part dans le capital du club catalan d’ici le 3 juin, date limite fixée par l’UEFA.

Pour éviter une vente précipitée des actions, généralement économiquement défavorable, la lettre du CFCB offre néanmoins aux clubs une possibilité temporaire, limitée à la saison à venir : transférer les actions dans un fonds fiduciaire sans droit de regard, sous le contrôle de l’UEFA.

L’an dernier, la même règle sur la multipropriété des clubs avait donné lieu à trois procédures visant respectivement Toulouse et l’AC Milan, le club anglais d’Aston Villa et le club portugais de Vitoria, ainsi que Brighton (Angleterre) et l’Union royale Saint-Gilloise (Belgique). .

L’UEFA a finalement classé les trois dossiers après « des changements importants » au sein des clubs concernés pour limiter l’influence de leurs investisseurs.

Quitter la version mobile