Skip to content
Le cochon géant dans le ciel

Aux débuts de l’Internet grand public, je vous parle de 1996-1997, un site du Internet annonçait une grande découverte : l’album La face cachée de la lune de Pink Floyd était synchronisé avec le film Le magicien d’Ozservait de bande-son, en quelque sorte…


Vrai, non ?

Mon ami Jean-Michel Gauthier et moi avions regardé à plusieurs reprises Le magicien d’Oz en synchronisant le film avec La face cachée de la luneet oui, Par jupiterles coïncidences entre l’action du film et le rythme de l’album étaient stupéfiantes…

Mais les gars de Pink Floyd ont toujours nié avoir synchronisé leur plus grand album avec Le magicien d’Ozfaire une bande-son subliminale⁠1. Légende urbaine, donc. Pas grave, on y croyait.

Tout ça pour dire que je suis allé voir l’expo Leurs restes mortels, sur la vie et l’œuvre de Pink Floyd. J’ai eu des frissons tout au long de ma visite à l’Arsenal, moins à la vue des nombreux grands artefacts liés au groupe qu’au voyage nostalgique que j’ai fait dans ma jeunesse…

Pour être clair : Pink Floyd était déjà un « vieux » groupe quand j’avais 17-18 ans, un groupe de la jeunesse de mes parents. Comme mes parents, Pink Floyd était séparé depuis longtemps quand je suis sorti de mon adolescence ; comme mes parents, Roger Waters et David Gilmour ont eu un divorce acrimonieux…

Dans le sous-sol de la maison des parents de mon ami Martin Thibault à Sainte-Rose, nous avons écouté des albums de Pink Floyd. Il m’avait dit — j’étais sûr que c’était une légende urbaine — que Pink Floyd avait fait flotter des cochons géants dans le stade olympique, quand le bande était à Montréal, il n’y a pas si longtemps…

En tout cas, on s’est dit, que ce soit vrai ou pas, l’affaire des cochons géants, c’est sûr que les gars de Pink Floyd avaient écrit quelques chansons en étant figés et qu’ils ont dû les voir, dans leur imagination, de manière synchronisée, ces cochons géants.

J’étais fasciné par la musique planante de Pink Floyd, bien sûr, mais j’ai surtout été envoûté par les paroles. Je sortais de l’adolescence, la vie me rendait anxieuse et me faisait peur, j’étais pleine d’incertitudes et je cherchais un sens à la vie, à ma vie.

La première chanson de Pink Floyd qui m’a fait planer était Apprendre à volerhyper rythmique, sur Défaillance momentanée de la raison. Mais c’est avec Tempssur La face cachée de la luneune chanson sur le temps qui passe, pour laquelle j’ai craqué pour les paroles de Pink Floyd.

Et tu cours, et tu cours pour rattraper le soleil mais il descend
Faire la course pour revenir derrière toi à nouveau
Le soleil est le même d’une manière relative mais tu es plus vieux
Le souffle plus court et un jour plus proche de la mort

Traduit en français – Tu es essoufflé et la mort approche —, cette phrase perd sa musicalité, sa densité poétique. Je ne sais toujours pas, à ce jour, si c’est une phrase objectivement parfaite ou une phrase parfaite pour le jeune homme mélancolique que j’étais. Je sais qu’elle m’a donné le vertige, je l’ai deviné : dépêchez-vous, la vie passe vite.

Je me souviens la première fois que j’ai vu la photo qui orne l’album J’aimerais que tu sois ici, j’étais troublé : deux hommes se serrent la main, l’un d’eux est en feu. On aurait dit que le type en feu revenait du bout du monde. Dans l’exposition, on apprend que le photographe n’a eu le temps de prendre qu’une poignée de clichés avant qu’un coup de vent n’embrase le visage du cascadeur…

Le cochon géant dans le ciel

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES DE PRESSE

L’exposition Leurs restes mortelsà l’arsenal

J’aimerais que tu sois ici, Parlons-en. C’est une chanson parfaite sur les dilemmes de la vie, sur les choix que nous faisons. Sur les compromis aussi, auxquels on cède. Il n’y a pas un vers superflu dans cette magnifique chanson.

Est-ce qu’ils t’ont fait échanger
Vos héros pour les fantômes ?
Des cendres chaudes pour les arbres ?
De l’air chaud pour une brise fraîche?
Confort froid pour le changement?
Avez-vous échangé
Un rôle de figurant dans la guerre
Pour un rôle principal dans une cage ?

La dérnière question – Avez-vous troqué un rôle de figurant dans une guerre… Contre un premier rôle dans une cage ? — est une image parfaite et parfaitement écrite, je veux dire par là qu’après avoir écrit une telle ligne, vous pouvez mourir : votre travail sur terre est faite, elle est dans la catégorie des Je suis l’océan / Qui veut toucher ton pieddans est-ce que tu m’aimesde Richard Desjardins…

Mourir ? Mon ami Jean-Michel, dont j’ai parlé plus haut, est décédé avant de terminer son travail sur terre, c’est-à-dire devenir le meilleur journaliste du Québec. Il est mort en 2002 dans un accident de voiture et j’ai cité J’aimerais que tu sois ici quand j’ai parlé à ses funérailles, à l’église, à Hull: Comme j’aimerais, comme j’aimerais que tu sois icimec…

(Si tu lis cette chronique, JM : ta nièce m’a écrit l’autre jour. Elle te connaissait à peine, mais l’écho de ta légende est toujours vivant… Ton urne est dans une forêt de l’Outaouais que tu aimais tant — Si tu peux entendre ce chuchotement, tu es en train de mourircomme on l’entend au début de Le grand concert dans le cielsur [notre] La face cachée de la lune…)

Cette semaine, quand l’héritier est rentré, je l’ai embrassé brièvement, comme on le fait avec les adolescents. Il a à peu près l’âge que j’avais quand je cherchais encore le sens de la vie dans les paroles de chansons. Lui, c’est le rap qui le fait tripper. Je soupçonne qu’il se soucie aussi des paroles. Je soupçonne qu’il cherche un sens à la vie, à sa vie. Ne rigolez pas, il y a du très bon rap, à chaque époque sa poésie.

Mais je m’égare. Je voulais vous dire que lorsque je suis arrivé à l’expo Pink Floyd, après avoir payé mon billet — 50 $, pas bon marché, mais pour le Ventilateursce n’est pas du vol —, quelle est la première chose que j’ai vue de cette exposition Leurs restes mortelsà l’Arsenal ?

Cristie, oui, le fameux cochon géant ! Il flottait, près du plafond.

J’ai pris une photo du cochon rose, je l’ai envoyée à Martin Thibault, sans commentaire. J’ai regardé la photo, je me suis dit : on parlait de ce cochon mythique, Martin et moi, il y a, quoi…

Merdeil y a 32 ans.

Plus court de souffle, et un jour plus proche de la mort.

1. » Côté obscur de l’arc-en-ciel, Côté obscur d’Oz ou Le magicien de Floyd sont des expressions synonymes désignant l’association de l’album Le côté obscur de la Lune de Pink Floyd et du film Le magicien d’Oz sorti en 1939. Parfois, l’album semble synchrone avec le film, suggérant qu’il aurait pu être composé à cet effet. Les membres de Pink Floyd nient toute synchronicité… »


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.