le gouvernement fixera de nouvelles règles d’indemnisation des demandeurs d’emploi à partir du 1er juillet

En janvier, le Premier ministre Gabriel Attal a révélé son intention de durcir le régime. Avec pour objectif affiché d’atteindre le plein emploi.

Publié


Mise à jour


Temps de lecture : 1 min

Un stand France Travail au parc des expositions de Perpignan (Pyrénées-Orientales), le 27 mars 2024. (ARNAUD LE VU / HANS LUCAS / AFP)

Le gouvernement « regret » Et « prendre note » de « désaccord » entre les partenaires sociaux sur les négociations relatives au « pacte pour la vie au travail ». En conséquence, il fixera de nouvelles règles d’assurance chômage à partir du 1er juillet, a annoncé lundi 22 avril le ministère du Travail. « un arrêté de carence » pour « contribuer à la réalisation du plein emploi et favoriser le retour rapide à l’emploi des chômeurs indemnisés ».

Les règles qui encadrent actuellement l’indemnisation du chômage expirent le 30 juin. Elles avaient été fixées par un précédent décret de carence pris par le gouvernement en 2019, déjà en l’absence d’accord entre partenaires sociaux. Celui-ci a expiré fin 2023 mais sa validité a été prolongée de six mois par un « décret d’adhésion » en attendant l’entrée en vigueur du nouvel accord.

Gabriel Attal a annoncé en janvier vouloir « aller plus loin dans la réforme de l’assurance chômage ». Le Premier ministre a évoqué trois leviers pour durcir les règles : la durée d’indemnisation, le temps travaillé nécessaire pour être indemnisé et le montant de cette indemnisation. Tout en soulignant que « les trois possibilités (étaient) ouvrir »Gabriel Attal a réitéré sa préférence pour un durcissement de la deuxième option.