Le groupe Casino renonce finalement à réclamer des avances de salaire trentenaires à 900 salariés

Après avoir réclamé trente ans d’avances de salaire à 900 salariés, le groupe Casino a annoncé jeudi son retrait.

Publié


Mise à jour


Temps de lecture : 1 min

Un supermarché Casino à Laventie, dans le nord de la France, le 12 juin 2023. (DENIS CHARLET / AFP)

Le groupe Casino a finalement renoncé à exiger des avances sur salaire de ses salariés, rapportent jeudi 28 mars France Bleu Saint-Etienne Loire, France Bleu Provence et France Bleu La Rochelle. La nouvelle direction indique en effet « renoncer au recouvrement des trop-payés » datant de plus de 30 ans et demandée à près de 900 salariés.

Ces avances sur salaires ont été versées dans les années 1990 lors du rachat de plusieurs sociétés par Casino. Ces trop-perçus allaient de quelques centaines d’euros à plusieurs milliers d’euros. Casino souhaitait récupérer ces avances avant la vente définitive de ses magasins. Une régularisation jugée légale par le groupe car « le document formalisant l’avance sur salaire prévue pour son échéance au moment du départ du salarié ». Les magasins ayant été vendus, le groupe a donc souhaité procéder à cette régularisation avant de finalement y renoncer. Mercredi, le distributeur Casino, dirigé depuis 20 ans par Jean-Charles Naouri, est passé entre les mains de ses repreneurs menés par le milliardaire tchèque Daniel Kretinsky.