Skip to content
Le juge retarde le procès des Proud Boys dans l’incertitude du comité du 6 janvier

La décision met également en évidence la tension entre le ministère de la Justice et le comité restreint du 6 janvier, qui recueille simultanément des preuves sur le rôle des Proud Boys dans l’attaque, ainsi que ses liens avec des personnalités dans l’orbite de Trump. Le panel a déjà présenté plusieurs accusés de Proud Boys par leur nom dans sa série d’audiences publiques en cours, notamment le président national Enrique Tarrio, Florida Proud Boy Joseph Biggs et New York Proud Boy Dominic Pezzola.

Le représentant Jamie Raskin (D-Md.) Prévoit également de diriger une audience ultérieure, prévue pour juillet, qui se concentrera sur le lien entre le monde Trump et l’extrémisme domestique, y compris les Proud Boys. Le ministère de la Justice a noté que l’audience pourrait créer une publicité supplémentaire avant le procès pour les Proud Boys.

Le département a exhorté le comité restreint ces dernières semaines à partager les 1 000 transcriptions de ses témoins avec les procureurs, mais le panel a jusqu’à présent refusé, préférant conserver le contrôle exclusif des preuves qu’il a recueillies. Les procureurs se sont plaints que la réticence du comité a entravé leur capacité à faire avancer les poursuites des Proud Boys, et ils ont convenu que la possibilité que des preuves supplémentaires deviennent publiques a créé un «préjudice» potentiel qui justifiait un retard dans le procès.

Le représentant Bennie Thompson (D-Miss.), Président du comité restreint du 6 janvier, a déclaré qu’il prévoyait de commencer à partager certaines de ses preuves avec le ministère de la Justice en juillet, mais pas avant que le comité n’ait terminé sa liste d’audiences publiques. Il a toutefois souligné qu’il ne s’agirait pas d’une « transcription partagée » et que le comité ne laisserait pas le ministère conserver le matériel, mais seulement l’examiner.

« Je pense que nous pouvons régler cela », a-t-il déclaré.

La proposition de Thompson peut présenter un défi supplémentaire pour le ministère de la Justice. Kelly a ordonné au département de partager immédiatement toute nouvelle preuve qu’il reçoit du comité avec les accusés afin de remplir les obligations de partage de preuves et de découverte. Mais si le ministère de la Justice est autorisé à consulter les preuves uniquement dans les espaces des comités, on ne sait pas comment le ministère les partagerait avec les avocats de Proud Boys.

Tarrio est le seul accusé de complot séditieux qui s’est opposé au report du procès, affirmant qu’il lui serait impossible de bénéficier d’un procès équitable avec un jury impartial à Washington, DC, que ce soit en août ou en décembre.

Kelly a rejeté une suggestion du ministère de la Justice de commencer la sélection des jurés à la mi-décembre, mais a suspendu les déclarations liminaires jusqu’au début janvier. Malgré les inquiétudes de plusieurs des accusés concernant le défi de choisir un jury impartial, Kelly a déclaré que ce n’était pas « sorcier » et qu’il ne voulait pas retarder le début du procès une fois qu’un jury aurait été formé.

« Je pense que nous avons l’obligation, une fois que nous avons constitué le jury, d’avancer vraiment sans interruption », a déclaré Kelly.

Au lieu de cela, a-t-il dit, si le ministère de la Justice et les Proud Boys sont d’accord, il envisagerait de retarder la sélection du jury jusqu’en janvier, pour éviter toute perturbation liée aux vacances.

Interrogé sur le retard du procès, Raskin a déclaré qu’il était intéressé par la lecture de la justification de Kelly. Il a refusé de dire s’il considérait l’intérêt du ministère de la Justice pour les preuves du comité comme une raison légitime de retarder le procès.

Le panel a déjà interviewé Tarrio, qui a siégé pour une déposition en février. Il n’est pas clair si d’autres membres des Proud Boys se sont assis pour des entretiens, y compris ceux qui font face à un complot séditieux ou à d’autres accusations de crime pour leur rôle dans l’attaque du 6 janvier. Des dizaines de membres du groupe, ainsi que des alliés qui n’étaient pas des membres officiels, ont été accusés d’avoir participé à l’émeute du 6 janvier, et nombre d’entre eux ont plaidé coupable.


Politico En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.