Le Kurdistan ne délivre plus de visas aux travailleurs syriens

Le Kurdistan a suspendu la délivrance de visas aux travailleurs syriens voisins. Cela concerne également le renouvellement des titres de séjour. Au total, cela représente 5 % de la population du Kurdistan irakien. Près de 240 000 Syriens sont venus y trouver refuge depuis le début de la guerre civile en 2011. Avec cette mesure, le gouvernement kurde affirme vouloir lutter contre le chômage endémique des jeunes Kurdes.

Avec notre correspondant à Erbil, Théo Renaudon

Chez les jeunes Kurdes en tout cas, cette mesure est extrêmement populaire. Ici, on est dans une salle de billard, beaucoup de jeunes au chômage.  » Je pense que c’est une bonne chose que les Syriens partent, tout comme les Bangladais et les autres migrants devraient partir ailleurs. Beaucoup de jeunes comme nous sont au chômage. Il n’y a pas de grandes entreprises ici ! Et tous les petits boulots sont occupés par des Syriens et des Arabes. Ils doivent partir. »

Vous ne trouvez pas ça raciste ?  » Moralement, je sais que ce n’est pas bien. Mais il n’y a plus de guerre en Syrie. La situation est bonne, nous pouvons y travailler. Le problème des Syriens est la valeur de leur monnaie. C’est pourquoi ils préfèrent rester ici. Quand ils sont arrivés ici, nous les avons accueillis, nous les avons aidés du mieux que nous pouvions. Mais maintenant, il n’y a plus de guerre dans leur pays, il vaut mieux qu’ils rentrent chez eux. Nous devons reconstruire leur pays et redonner à leur monnaie sa valeur. »

 » J’attendrai de voir quelles mesures le gouvernement kurde prendra »

Selon une enquête des Nations Unies, presque tous les réfugiés syriens en Irak n’ont aucune envie de retourner dans leur pays.

En savoir plus sur RFI

Quitter la version mobile