Le nouvel assureur Alan obtient une couverture santé pour au moins 60 000 fonctionnaires

Le nouvel assureur Alan obtient une couverture santé pour au moins 60 000 fonctionnaires

Une victoire symbolique qui fait grincer des dents. Le « néo assureur » Alan est désormais certain de remporter le marché de la couverture santé des agents des ministères de la transition écologique et de la cohésion territoriale, de la transition énergétique et du Secrétariat d’État à la mer. Soit au moins 60 000 personnes, et potentiellement 140 000 en incluant les bénéficiaires et retraités, qui auront un an pour accepter ou non sa proposition.

Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise (Val-d’Oise) a en effet rejeté, mercredi 5 juin, la demande en référé de la mutuelle MGEN, qui avait participé à l’appel d’offres et contesté le mode de notation des différentes propositions reçues par le ministère.

Ce marché est l’un des plus importants remportés à ce jour compte tenu de la candidature progressive, du 1euh Janvier 2025, de la réforme de la protection complémentaire santé (PSC) pour les fonctionnaires, soit quelque 5,8 millions d’agents et plusieurs millions d’allocataires.

Un énorme marché potentiel

Un marché potentiel énorme pour les assureurs, dont Alan, déjà lauréat en novembre 2023 de l’appel d’offres lancé par l’Assemblée nationale pour la couverture des collaborateurs parlementaires, soit quelque 3 000 personnes.

Lire aussi (2021) | Article réservé à nos abonnés Après les néobanques, les investisseurs s’enthousiasment pour « l’insurtech »

Pour la licorne française de l’assurance, qui compte actuellement quelque 500 000 assurés, le gain du ministère de la Transition écologique représente évidemment un accélérateur de développement sur lequel elle mise beaucoup.

« Ces appels d’offres publics sont très structurés, très objectifs. Nous avons décidé très tôt de réaliser des investissements importants pour pouvoir proposer des offres très différenciées, garantissant à la fois un meilleur service et des frais de gestion très compétitifs. », explique Jean-Charles Samuelian, co-fondateur et directeur général. Quitte à éloigner un peu l’entreprise de son modèle « tout numérique » : les assurés concernés pourront ainsi adhérer en remplissant un formulaire papier.

Mais le jeu en vaut clairement la peine. « Nous dépasserons sans aucun doute nos objectifs en 2024, avec une croissance du nombre d’assurés et de nos revenus supérieure à 40 % »se félicite M. Samuelian, qui confirme viser la rentabilité en France en 2025 et pour l’ensemble des activités en 2026.

« Financement étranger »

En 2023, l’entreprise a perdu 59 millions d’euros, après avoir perdu 72 millions en 2022. Mais plus que sa solidité financière, c’est son redressement qui inquiète les syndicats du service public.

Il vous reste 23,89% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

Quitter la version mobile