Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Le nouvel ordre radical de Biden vise à modifier le paysage de l’IA


La Maison Blanche n’a pas répondu à une demande de confirmation du projet.

Bien que l’ordonnance n’ait pas force de loi et que les efforts précédents de la Maison Blanche en matière d’IA aient été critiqués pour leur manque de rigueur, les nouvelles lignes directrices donneront aux agences fédérales une influence sur le marché américain grâce à leur pouvoir d’achat et à leurs outils d’application. L’ordonnance de Biden ordonne spécifiquement à la Federal Trade Commission, par exemple, de se concentrer sur les comportements anticoncurrentiels et les préjudices causés aux consommateurs dans l’industrie de l’IA – une mission que la présidente Lina Khan a déjà publiquement adoptée.

Cette commande, attendue depuis des mois, représente l’effort le plus important visant à imposer un ordre national sur une technologie qui a choqué de nombreuses personnes par sa croissance rapide, notamment les capacités humaines des modèles d’IA générative les plus récents et les plus puissants. Le Congrès s’est empressé d’élaborer une législation pour lutter contre les risques et le potentiel de l’IA, mais le leader de la majorité au Sénat Chuck Schumer a averti cette semaine que pas de projet de loi général sur l’IA serait probablement introduit jusqu’à l’année prochaine.

La Maison Blanche publiera de vastes directives à plus d’une douzaine d’agences ciblant leur gestion des systèmes d’intelligence artificielle, selon le projet de 111 pages. La plupart disposeront de 90 à 240 jours pour remplir les exigences du décret, à l’approche de l’élection présidentielle de l’année prochaine. L’ordonnance nommera également un Conseil de l’IA de la Maison Blanche pour coordonner les activités du gouvernement fédéral en matière d’IA, présidé par le chef de cabinet adjoint chargé de la politique de la Maison Blanche et composé de représentants de toutes les grandes agences.

Il s’appuie sur une « Déclaration des droits » publiée fin 2022 par la Maison Blanche de Biden, qui répond à bon nombre des préoccupations soulevées par les groupes de la société civile, mais ajoute également une impulsion significative vers l’exploration des capacités de l’IA, y compris le lancement d’un projet pilote de recherche publique. programme connu sous le nom de National AI Research Resource, ou NAIRR.

Le décret permettrait également à Washington de garder un œil sur le développement par le secteur privé de puissants systèmes d’IA. Il comprend le mandat pour les entreprises de soumettre des rapports au gouvernement fédéral détaillant la manière dont elles forment et testent les soi-disant « modèles de base à double usage », une catégorie qu’elle définit pour inclure les plus puissants des nouveaux systèmes d’IA.

La cyber-sécurité

L’ordonnance indique que la Maison Blanche considère le développement rapide de cyberarmes avancées comme l’un des risques les plus importants posés par l’intelligence artificielle.

Pour empêcher que de puissants modèles d’IA ne tombent entre les mains d’adversaires étrangers, l’ordonnance obligerait les entreprises développant de puissants modèles d’IA à fournir régulièrement des rapports au ministère du Commerce décrivant comment elles envisagent de protéger leur technologie contre l’espionnage ou la subversion numérique et à exiger que les grands services cloud soient fournis. des fournisseurs comme Amazon et Microsoft informent le gouvernement chaque fois que des étrangers louent un espace serveur pour former de grands modèles d’IA.

Le mandat de l’IA donnerait aux agences fédérales trois mois pour identifier les risques liés à l’utilisation de l’IA dans les secteurs qu’elles supervisent et six mois pour élaborer des lignes directrices sur la manière dont les entreprises privées de ces secteurs devraient intégrer le nouveau cadre de gestion des risques liés à l’IA de la Maison Blanche. Le département du Trésor est spécifiquement tenu, dans un délai de 150 jours, de soumettre un rapport public sur la manière dont le secteur bancaire peut gérer les cyber-risques liés à l’utilisation des technologies d’IA.

Si l’IA présente un large éventail de nouveaux cyber-risques, l’ordonnance aborde également ses avantages potentiels. Le DHS et le ministère de la Défense doivent élaborer des plans pour mener à bien un « programme pilote opérationnel » dans un délai de six mois afin de tester l’utilisation des technologies d’IA pour découvrir les vulnérabilités des réseaux du gouvernement américain.

Santé

L’ordonnance appelle le ministère de la Santé et des Services sociaux à créer un groupe de travail chargé d’élaborer d’ici un an un plan stratégique sur l’utilisation responsable de l’IA, y compris en ce qui concerne l’IA générative, selon le projet, qui a été confirmé par une personne proche. avec le projet.

L’agence est également chargée d’élaborer une stratégie pour déterminer si une telle technologie est de suffisamment haute qualité dans un certain nombre de domaines, notamment la sécurité des médicaments et des dispositifs, la recherche et la santé publique. Il ordonne également au HHS de consulter les agences compétentes pour évaluer comment l’IA pourrait discriminer les patients, puis de l’empêcher et de créer un programme de sécurité pour détecter les erreurs et suivre les incidents qui nuisent à un individu.

Il a également appelé l’agence à faire progresser la technologie de l’IA, notamment par le biais de subventions, en mettant l’accent sur l’amélioration des données sur la santé et en identifiant les domaines de développement de médicaments qui pourraient bénéficier de partenariats public-privé.

Concours

Le projet d’ordonnance donne instruction à chaque agence sous son égide de contrôler la concurrence dans le secteur de l’IA, en surveillant les « risques résultant d’un contrôle concentré » et en empêchant les entreprises dominantes multimilliardaires de consolider davantage leur pouvoir. On craint de plus en plus que seules les plus grandes entreprises comme Google, Amazon et Microsoft soient en mesure de rivaliser.

L’ordonnance sur l’IA fait notamment référence à la FTC, dont la présidente a déjà clairement indiqué qu’elle avait l’intention de s’en prendre de manière agressive aux entreprises d’IA qui agissent de manière anticoncurrentielle. L’ordonnance encourage la FTC à utiliser son pouvoir de réglementation pour contribuer à faire respecter la concurrence dans le secteur et à protéger les consommateurs.

Confidentialité

Le décret créera des protections de la vie privée autour des données qui alimentent la plupart des systèmes d’intelligence artificielle, selon le projet.

La première étape impliquera que le Bureau de la gestion et du budget découvre la quantité d’informations personnelles identifiables que le gouvernement achète. Le décret établira également des lignes directrices pour atténuer les risques liés à la vie privée lorsque le gouvernement collecte, utilise, partage et supprime les informations qu’il achète auprès de courtiers en données.

L’ordonnance encourage les agences fédérales à adopter une technologie haut de gamme améliorant la confidentialité pour protéger les données qu’elles collectent et la National Science Foundation à financer un nouveau réseau de recherche axé sur le développement, l’avancement et le déploiement de technologies de confidentialité à l’usage des agences fédérales.

L’ordonnance aborde également l’utilisation de l’IA sur le lieu de travail, notant que la technologie ne doit pas être déployée pour « encourager une surveillance excessive des travailleurs ».

Immigration

L’accès aux travailleurs qualifiés étant une préoccupation majeure de l’industrie technologique, le document présente un vaste ensemble de directives conçues pour renforcer la capacité des immigrants possédant une expertise en IA à obtenir des cartes vertes ou à travailler pour des entreprises américaines à la pointe de l’IA et des technologies émergentes. .

Le projet d’ordonnance ordonne au Département d’État et au Département de la Sécurité intérieure de rationaliser les demandes de visa et les rendez-vous pour les immigrants qui envisagent de travailler sur l’IA ou d’autres technologies critiques. Il exhorte également le Département d’État à créer de nouvelles règles permettant aux ressortissants étrangers participant à des programmes d’éducation ou d’échange temporaires de travailler plus facilement sur l’IA et d’autres technologies émergentes sans « interruption inutile ».

Le projet de décret ordonne également à plusieurs agences – notamment les départements d’État et du Commerce, ainsi que le Bureau de la politique scientifique et technologique de la Maison Blanche – de créer une campagne à l’étranger pour promouvoir les États-Unis en tant que destination attrayante pour les étrangers possédant une expertise scientifique ou technologique souhaitant étudier. , rechercher ou travailler sur l’IA et d’autres technologies critiques. Et cela oblige le ministère du Travail à solliciter des informations auprès du secteur privé sur les domaines dans lesquels les immigrants possédant des compétences avancées en sciences et technologies sont les plus nécessaires.

Fabrication de micropuces

La commande s’adresse également directement à l’industrie des semi-conducteurs, qui est essentielle au développement de l’IA et constitue un axe majeur des investissements de Washington.

Pour promouvoir la concurrence dans le secteur des semi-conducteurs, l’ordonnance pousse le ministère du Commerce à garantir que les petites entreprises de puces électroniques soient incluses dans le National Semiconductor Technology Center, un nouveau consortium de recherche qui devrait recevoir la majeure partie des 11 milliards de dollars de subventions à la R&D mises de côté dans le cadre du CHIPS and Science de l’année dernière. Acte

Il ordonne également au Commerce de créer des programmes de mentorat pour accroître la participation à l’industrie des puces et d’augmenter les ressources pour les petits acteurs, y compris le financement des actifs physiques et un meilleur accès aux ensembles de données et aux programmes de développement de la main-d’œuvre.

Télécoms

Le projet d’ordonnance encourage la Commission fédérale des communications à examiner comment l’IA peut améliorer la résilience des réseaux de télécommunications et l’efficacité du spectre et aider le gouvernement fédéral à lutter contre les appels automatisés et les textes robots indésirables. Ce travail sans fil, qui vise à améliorer la façon dont le gouvernement fédéral gère et partage cette ressource, pourrait façonner le déploiement de la 5G et de la future technologie 6G.

Cette commande est conforme aux priorités définies par la présidente de la FCC, Jessica Rosenworcel, ces derniers mois, et correspond aux enquêtes déjà en cours au sein de l’agence. L’agence a lancé une enquête en août sur la manière dont l’IA pourrait améliorer les opérations liées au spectre et vote le 15 novembre pour ouvrir une enquête sur la manière dont l’IA peut être utilisée pour arrêter les appels automatisés et les robotstextes.

Éducation

Le ministère de l’Éducation est chargé de créer une « boîte à outils d’IA » pour les responsables de l’éducation afin de les aider à mise en œuvre des recommandations réalisé plus tôt cette année pour l’utilisation de l’intelligence artificielle en classe.

Le projet de texte s’aligne sur les commentaires faits mardi par un responsable du ministère aux membres du Congrès, aux entreprises de technologie éducative et à d’autres dirigeants de l’éducation, selon lesquels l’agence a commencé à travailler sur une boîte à outils d’IA et prévoit de la publier au printemps prochain.

Le projet ordonne également au ministère d’élaborer des ressources, des politiques et des orientations qui « traitent des utilisations sûres, responsables et non discriminatoires de l’IA dans l’éducation » dans un délai de 365 jours.

Logement

Le projet d’ordonnance ordonne aux chefs du Bureau de protection financière des consommateurs et du ministère du Logement et du Développement urbain de publier des orientations sur la manière dont les lois sur les prêts équitables et le logement empêcheront la discrimination par l’IA dans les publicités numériques pour le crédit et le logement. Il ordonne également aux agences de publier des directives sur l’utilisation des systèmes de sélection des locataires, « notamment sur la manière dont l’utilisation des données… peut conduire à des résultats discriminatoires ».

La Maison Blanche exhorte également l’Agence fédérale de financement du logement, le régulateur et conservateur de Fannie Mae et Freddie Mac, à envisager d’exiger des deux géants du financement hypothécaire qu’ils évaluent leurs modèles de souscription pour déceler toute discrimination et « d’automatiser les processus d’évaluation et d’évaluation des garanties de manière à minimiser les risques ». biais. »

droits d’auteur

Le projet de décret ordonne à l’Office américain des brevets et des marques de publier des conseils à l’intention des examinateurs de brevets et des demandeurs sur la manière d’aborder l’utilisation de l’intelligence artificielle dans un délai de 120 jours. Il disposera ensuite d’un délai de 150 jours pour fournir des informations sur l’éligibilité aux brevets pour l’IA et d’autres technologies émergentes.

Par ailleurs, le projet de décret appelle également le directeur du PTO et le chef du US Copyright Office à recommander des mesures exécutives supplémentaires que la Maison Blanche peut prendre pour résoudre les problèmes liés à la fois à la protection des droits d’auteur pour les œuvres générées par l’IA et à l’utilisation d’œuvres protégées par le droit d’auteur pour former l’IA. algorithmes.

Travail

Les perturbations de l’emploi étant l’une des préoccupations sociales les plus largement partagées concernant l’essor de l’IA, le décret envoie de nombreux signaux rhétoriques forts selon lesquels l’administration Biden souhaite que les agences placent les préoccupations des travailleurs et des syndicats au centre de leurs décisions concernant les politiques liées à l’IA. .

Il charge le Conseil des conseillers économiques de rédiger un rapport dans les 180 jours sur les « effets de l’IA sur le marché du travail » et demande de la même manière au ministère du Travail d’évaluer la capacité des agences fédérales à aider les travailleurs dont les emplois sont perturbés par la technologie de l’IA.

Le DOL est également chargé de donner des directives aux employeurs, réitérant que l’IA ne peut pas être utilisée pour suivre les travailleurs ou leur productivité d’une manière qui viole leurs droits du travail fédéraux.

Le décret demande également au Bureau de gestion du personnel, qui supervise la politique de gestion des ressources humaines de la fonction publique du gouvernement, d’élaborer des garde-fous sur l’utilisation de l’IA générative par le personnel fédéral.

Brendan Bordelon, John Hendel, Ben Leonard, Maggie Miller, Alfred Ng, Nick Niedzwiadek, Katy O’Donnell, Steven Overly, John Sakellariadis, Josh Sisco et Mackenzie Wilkes ont contribué à ce rapport.

Politc

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page