Skip to content
Le Nunavik durement touché par la pénurie d’enseignants

Les élèves du Nord-du-Québec sont les plus durement touchés par la pénurie d’enseignants : au Nunavik, il manque actuellement 75 enseignants à temps plein, soit 15 % de l’ensemble du personnel enseignant.

Publié à 15h45

Le Nunavik durement touché par la pénurie d’enseignants

Marie-Ève ​​Morasse
La presse

Selon le ministère de l’Éducation, il reste encore 130 postes d’enseignants à pourvoir dans les écoles de la province. Cependant, le plus récent bilan du Québec n’inclut pas la commission scolaire Kativik, où en date d’hier, nous recherchions encore 75 enseignants. L’an dernier, cette commission scolaire en a embauché 530.

De ce nombre, 26 sont des postes d’enseignants permanents, indique Jade Duchesneau Bernier, porte-parole de la commission scolaire. Ce sont donc autant de groupes d’enfants qui n’ont pas d’enseignant régulier cette année.

La commission scolaire explique que tout en poursuivant ses efforts de recrutement, elle fait tout pour minimiser l’impact de la pénurie sur les élèves et éviter la fermeture des classes.

Les écoles tentent de recruter des professeurs suppléants dans leurs villages puis, « dans la mesure du possible, des postes d’enseignants sont proposés à des techniciens du comportement et à des professeurs stagiaires », note Mme.moi Duchesneau Bernier.

Il arrive aussi que des classes soient temporairement fusionnées, ajoute-t-elle.

Cette commission scolaire compte 18 écoles situées dans les 14 communautés du Nunavik.

La situation n’est pas meilleure à la Commission scolaire crie, également dans le Nord-du-Québec. Selon le ministère de l’Éducation, il reste encore 49 enseignants à trouver cette année.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.