Skip to content
Le pape François contre lui-même – POLITICO

Rien d’autre comparé à l’obligation du nouveau pape de faire face à l’anarchie qui infecte le sacerdoce et la hiérarchie, et à sa déclaration de 2019 Vos Estis Lux Mundi (« Tu es la lumière du monde »), il a été salué par l’establishment de l’église pour avoir fait exactement cela. Mais les défauts fatals du décret dans sa réponse à la dissimulation des abus sacerdotaux sur les enfants et d’autres personnes sont rapidement apparus : ses nouvelles structures de responsabilité n’exigeaient aucune divulgation publique, n’exigeaient aucun signalement aux autorités civiles à moins que le droit civil ne l’exige, et n’exigeaient pas toute participation des laïcs au jugement des crimes des prêtres et des évêques. Le plus évident (et protecteur des clercs) des Vos Estis défauts est qu’il rend obligatoire l’auto-surveillance ecclésiastique : les évêques enquêtent sur leurs confrères ; le signalement des crimes commis par des prêtres non pas aux autorités civiles, mais aux offices ecclésiastiques longtemps complices ; le Vatican seul déterminant les peines. Qui sait combien de prélats complices ont été sanctionnés de quelque manière que ce soit dans le cadre de cette politique ? Trois ans plus tard, avec Vos Estis’ la période d’essai ayant pris fin le 1er juin, le Vatican n’a rien divulgué sur les évêques enquêtés, inculpés ou punis selon ses procédures. Règles d’Omerta.

Le pape François a dénoncé le cléricalisme, la malignité qui l’enflamme, mais il n’a rien fait pour déraciner ses sources dans le sacerdoce entièrement masculin sexuellement répressif et dans le système autoritaire du pouvoir ecclésiastique auquel cette culture cléricale est essentielle. Et François n’a rien fait pour tenir compte de la misogynie qui est au cœur de l’enseignement catholique sur tout, du contrôle des naissances à la biologie de la reproduction en passant par le but du mariage. Les notions inhumaines de sexualité, issues d’interprétations erronées de l’histoire d’Adam et Eve et renforcées par des théologiens comme saint Augustin, sont au service de l’assujettissement des femmes. Une telle suprématie masculine équivaut moralement à la suprématie blanche. Pourtant, par les responsables de l’église et la plupart des catholiques, cela reste incontesté.

François a qualifié le sujet de l’ordination des femmes de « porte fermée » et a dit un « Non ! » retentissant. aux prêtres mariés. Lorsque, par exemple, les évêques de la région panamazonienne ont voté à une écrasante majorité en 2019 pour lui demander d’admettre des diacres mariés au sacerdoce afin de surmonter la grave pénurie de prêtres de la région, François a même refusé de répondre à la demande. C’est-à-dire que les évêques d’Amazonie lui ont offert une occasion en or de faire un pas, même petit, vers le démantèlement de la culture toxique du cléricalisme – une occasion venue d’en bas, s’attaquant à un grave problème pastoral et faisant progresser une le diaconat, forme subsidiaire des ordres sacrés, que ses prédécesseurs immédiats avaient déjà mis en avant comme instrument de changement. En effet, cette approche aurait également pu ouvrir la voie à l’admission des femmes au rang d’ordonnées. Mais François a laissé intact le sacerdoce masculin et célibataire, et avec lui l’âme du cléricalisme – la pyramide du pouvoir ecclésiastique, la structure de l’abus.

Voici l’ironie tragique : ce dont le monde avait le plus besoin de Jorge Mario Bergoglio lorsqu’il a enfilé la légendaire soutane blanche il y a neuf ans, ce n’était pas son intervention empathique dans les affaires laïques, aussi urgentes soient-elles, mais sa ferme avancée en matière de réformes. dans l’église catholique. A défaut, il renforce au sein du catholicisme les courants et les valeurs mêmes auxquels il s’oppose le plus en dehors de celui-ci. François s’insurge contre l’inégalité, mais l’inégalité définit l’être de l’Église. Il est le tribun des pauvres, mais en protégeant le statut de seconde classe des femmes, il soutient un moteur mondial de la pauvreté.


Politico En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.