Skip to content
Le Parlement européen impose le chargeur universel pour appareils électroniques portables

Dès l’automne 2024, tous les appareils électroniques portables vendus dans l’Union européenne seront équipés d’une prise de charge au standard USB-C, y compris ceux d’Apple, a annoncé mardi le Parlement européen. Cette mesure devrait réduire les déchets de plus d’un million de tonnes chaque année.

Fini le désordre des chargeurs emmêlés qui débordent des tiroirs : le Parlement européen a donné mardi 4 octobre son feu vert définitif à l’obligation d’un chargeur identique pour tous les smartphones, tablettes et autres appareils numériques portables.

Après ce vote plébiscite des eurodéputés à Strasbourg, le port de type USB-C devra devenir le seul chargeur d’appareils électroniques portables vendus dans l’UE d’ici l’automne 2024. Cette législation pionnière dans le monde devient une réalité au grand barrage d’Apple, qui critiquait en juin un texte qu’il accusait d’étouffer l’innovation et de couper l’UE – soumise à un choix de normes « obsolètes » – du reste du monde.

« C’est un grand jour pour les consommateurs, un grand jour pour notre environnement », s’est réjoui, dans l’hémicycle du Parlement européen, l’eurodéputé travailliste maltais Alex Agius Saliba, rapporteur du texte voté par 602 voix (13 voix contre, 8 abstentions).

« C’est le passé ! », avait-il lancé, lors d’un débat quelques heures plus tôt, en agitant un enchevêtrement de chargeurs hétéroclites, tel qu’on en trouve dans les tiroirs de la plupart des Européens. Cette obligation s’appliquera aux téléphones mobiles, tablettes, liseuses, écouteurs, appareils photo numériques, écouteurs sans fil, consoles de jeux vidéo portables, appareils GPS, claviers et souris d’ordinateur, ainsi qu’aux haut-parleurs portables. Et ce, quel que soit leur fabricant.

Les ordinateurs portables seront également concernés au premier semestre 2026.

L’UE, « leader »

« Je suis convaincu que de nombreux pays suivront l’exemple de l’UE. Nous serons le leader », a déclaré mardi le Bulgare Andrey Kovachev, du principal groupe politique PPE (droite).

Alors qu’il existait encore une trentaine de modèles différents il y a une dizaine d’années, le nombre de types de chargeurs existants pour les nouveaux appareils électroniques s’est déjà progressivement fortement réduit. Ils sont désormais au nombre de trois : le connecteur micro-USB qui équipe depuis longtemps la majorité des téléphones, l’USB-C, une connectique plus récente, et la technologie de charge Lightning d’Apple.

Une fois la dernière approbation purement procédurale du Conseil de l’UE et la publication de la loi au Journal officiel, les pays européens auront deux ans pour la mettre en œuvre. Donc d’ici l’automne 2024. « Cette période de transition doit permettre aux industriels d’adapter leur chaîne de production », a expliqué Margrethe Vestager, vice-présidente de la Commission européenne.

De plus, les consommateurs auront désormais le choix d’acheter un nouvel appareil électronique avec ou sans chargeur.

Le texte harmonise également la technologie de charge rapide pour éviter que la vitesse de charge ne soit restreinte lors de l’utilisation d’un chargeur d’une marque différente de l’appareil. De plus en plus répandue, la recharge sans fil devra également répondre à des exigences d’interopérabilité d’ici fin 2024, que la Commission européenne doit harmoniser.

Un million de tonnes de déchets en moins chaque année

Le déploiement d’un chargeur unique « représentera au moins 200 millions d’euros d’économies par an pour les consommateurs européens et permettra de réduire de plus d’un million de tonnes de déchets chaque année », a souligné Margrethe Vestager.

Selon les institutions européennes, les chargeurs jetés ou inutilisés représentent actuellement environ 11 000 tonnes de déchets électroniques par an.

Mais « c’est la toute petite partie visible de l’iceberg de l’impact environnemental du numérique », a noté l’eurodéputé français David Cormand, évoquant « l’obsolescence programmée » ou la faible « durabilité » et « réparabilité » des appareils électroniques.

« Le fil (du chargeur) ne doit pas être là pour masquer la forêt du désastre écologique que représente le numérique », a-t-il critiqué.

Avec l’AFP

France 24 Europe

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.