Skip to content
Le patron du football russe commente après des discussions sur le transfert asiatique – RT Sport News


Le président de l’Union russe de football (RFU), Aleksandr Dyukov, a reconnu que les sanctions actuelles imposées par l’instance dirigeante européenne de l’UEFA pourraient conduire son organisation à passer à la Confédération asiatique de football (AFC).

Les équipes nationales et les clubs de football russes sont actuellement interdits de compétitions internationales en raison des sanctions de l’UEFA et de la FIFA initialement imposées en février en raison du conflit en Ukraine.

La situation a conduit à de plus en plus de discussions sur le passage de la RFU à des compétitions sous les auspices de l’AFC.

Après une réunion du comité exécutif de la RFU à Moscou vendredi, Dyukov a déclaré que l’AFC est « actuellement prêt à nous accepter. »

« Naturellement, personne n’est prêt maintenant à donner une garantie écrite que nous serons acceptés, mais ils sont prêts à considérer notre appel et la garantie d’admission est élevée. Cela nécessite un appel et une décision à la majorité des voix, Dyukov a déclaré aux journalistes.

« Quant au changement de confédération, formellement il ne s’applique pas à la FIFA. De manière informelle, l’accord de la FIFA sera requis. Pour le moment, nous avons des informations selon lesquelles la FIFA ne sera pas contre le transfert de la RFU de l’UEFA à l’AFC. »


Après que l’idée a été présentée lors de la réunion, le vice-président de la RFU, Igor Kamenskoy, a déclaré qu’une décision sur l’opportunité de tenter de faire la transition serait à nouveau discutée par vidéoconférence le 27 décembre.

Comme l’a expliqué Dyukov, la RFU a un « fenêtre d’opportunité » jusqu’au 31 décembre pour demander son retrait de l’UEFA afin que l’équipe nationale masculine russe puisse potentiellement entrer dans les phases de qualification en Asie pour la Coupe du Monde de la FIFA 2026 qui se tiendra aux États-Unis, au Canada et au Mexique.

« Si nous ne le faisons pas maintenant et décidons plus tard de la transition, le prochain tournoi pour les équipes nationales sera un cycle à partir de 2027. Retarder la décision de quelques jours signifie que les équipes nationales pourraient perdre quatre ans », Dyukov dit.

« Depuis l’été, on avait compris qu’il y avait une possibilité de transition. Mais nous avions le temps. Personne n’a jamais quitté l’UEFA. Si vous regardez leurs réglementations, ils ne l’ont tout simplement pas autorisé, et il n’y a pas d’algorithme de « et si » clairement défini. »

« Il y a plusieurs conditions » a ajouté le secrétaire général de la RFU, Maxim Mitrofanov.

« La lettre ne signifie pas une sortie automatique. Si les conditions, entre autres, ne sont pas remplies, la sortie [from UEFA] n’aura pas lieu.

Dyukov a déclaré que « malheureusement » il voit la RFU idéologiquement « en rupture avec l’Europe ».

« La politique est au premier plan [in Europe], le football est passé au second plan. On l’a vu lors de la Coupe du monde au Qatar. Aujourd’hui, ils [Europe] ne sont pas satisfaits de cette situation, demain ils poseront des questions sur les droits de l’homme, après-demain il s’avérera que nous ne soutenons pas énergiquement le mouvement LGBT, et ce sera aussi la base d’un boycott », Dyukov a ajouté.


Le patron du football russe commente après des discussions sur le transfert asiatique – RT Sport News

Lorsqu’on lui a demandé si la perspective du transfert de la RFU à l’AFC pouvait être considérée comme un dernier avertissement à l’UEFA, Dyukov a souligné que « Ce n’est pas une situation où nous essayons de faire chanter quelqu’un. »

« Tout d’abord, nous devons penser à nous-mêmes, aux joueurs et aux supporters… L’UEFA a beaucoup fait pour le développement du football dans le monde, dans notre pays. Malgré la suspension, ils nous ont beaucoup aidés avec le financement de divers programmes.

« Nous pensons que, malgré le manque d’opportunités de jouer, nous avons des relations de partenariat, [and] nous respectons le leadership de l’UEFA.

« Les associations nationales de football européennes subissent la pression des médias et des politiciens. Tout le monde comprend que le sport doit être [kept] hors de la politique, mais ils ne peuvent rien faire », Dyukov a ajouté.

« Maintenant, l’UEFA ne voit aucune raison de reconsidérer la décision [on the suspension]. Ils attendent la stabilisation de la situation politique. En même temps, ce n’est pas un fait qu’en cas de stabilisation, il sera possible de supprimer immédiatement toutes les restrictions.

Lorsqu’il a été rappelé que les membres de l’AFC, le Japon et l’Australie, pourraient être considérés « hostile » pays, Dyukov n’a pas été en mesure de garantir que ces pays ne refuseraient pas de jouer contre la Russie – comme on l’a vu lors des éliminatoires de la Coupe du monde Qatar 2022 avec des pays comme la Pologne et la Suède.


Le patron du football russe commente après des discussions sur le transfert asiatique – RT Sport News

« Mais si on compare la situation en Asie et en Europe, c’est différent », Dyukov dit.

« Quand il y a 48 associations en Asie et que deux ou trois d’entre elles disent qu’elles ne joueront pas avec nous, c’est une chose. Quand ils sont plus de la moitié, ils commencent à dicter leurs conditions.

Que ce soit en Europe ou en Asie, Dyukov a fait valoir qu’il vaut mieux travailler sous un statut neutre que pas du tout.

« Tout le monde veut se produire sous son propre drapeau et avec un hymne, mais jeSi vous devez choisir entre ne pas jouer du tout ou jouer sans drapeau ni hymne, alors il vaut mieux jouer sans drapeau ni hymne. Dyukov dit.

RT

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.