Skip to content
Le personnel de l’ONU sait qui bombarde la centrale nucléaire – Moscou — RT Russie et ex-Union soviétique


La Russie a accusé à plusieurs reprises l’Ukraine de cibler le site, risquant une catastrophe potentielle

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) sait parfaitement qui bombarde la centrale nucléaire de Zaporozhye (ZNPP), a déclaré jeudi à RIA l’ambassadeur de Russie auprès des organisations onusiennes à Vienne, Mikhail Ulyanov.

« Quatre représentants de l’AIEA sont actuellement à l’usine [and] ils savent bien d’où vient le feu », dit le fonctionnaire. Moscou a accusé à plusieurs reprises Kiev de bombarder le ZNPP, tandis que Kiev soutient qu’il s’agit d’un Russe « faux drapeau » opération. L’armée ukrainienne a ouvertement admis avoir ciblé la zone ZNPP en septembre.

« Nous disons publiquement qu’il est grand temps d’appeler un chat un chat », Ulyanov a déclaré à la suite de nouveaux bombardements cette semaine, qui l’exposaient à un risque de catastrophe nucléaire, selon Moscou.

« Directeur général de l’AIEA [Rafael Grossi] évite de faire des déclarations directes jusqu’à présent, peut-être parce que la Charte de l’AIEA manque… d’un mandat… de déterminer le coupable dans de telles situations », Ulyanov a déclaré à RIA. Le responsable estime qu’un appel direct de l’organisme de surveillance nucléaire de l’ONU demandant à l’Ukraine d’arrêter de bombarder la centrale électrique « assurément » contribuer à apaiser les tensions autour de l’établissement.


La Russie est prête à « utiliser tous les moyens à notre disposition, pour assurer la sécurité » des spécialistes de l’AIEA stationnés à la centrale, a déclaré Oulianov, ajoutant qu’ils y sont beaucoup plus en sécurité que dans la ville voisine d’Energodar, qui est également « régulièrement et massivement bombardé. »

Ses paroles sont intervenues quelques jours seulement après un nouveau bombardement du ZNPP, qui a incité le chef de la société russe d’énergie nucléaire, Rosatom, Alexey Likhachev, à mettre en garde contre le risque d’un « désastre nucléaire. » Moscou a également contacté l’AIEA et lui a demandé d’identifier publiquement les auteurs de l’attaque.

Grossi a rencontré Likhachev à Türkiye mercredi, où le chef de l’AIEA a appelé à une « zone de sûreté et de protection nucléaire » autour de l’usine – quelque chose que son agence réclame depuis septembre. Selon Oulianov, les consultations sur un projet de proposition présenté par l’AIEA sont toujours en cours. Moscou a déjà proposé ses suggestions pour le document alors que Kiev ne l’a pas encore fait, a expliqué le diplomate russe.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

RT

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.