Skip to content
Le piratage en ligne est acceptable pour les avocats de Harvard


Il s’agit d’une étude quantitative qui n’est pas récente, mais dont les résultats viennent d’être mis en avant par TorrentFreak. Publiée en octobre dernier, elle a sondé avec des entretiens approfondis une cinquantaine d’étudiants de la Harvard Law School, tout en observant leurs messages en ligne via un groupe Facebook.

» Notre étude révèle que les professionnels du droit, dont les normes d’éthique professionnelle et les attentes en matière de comportement respectueux des lois sont élevées, dont la compréhension de la loi est bien supérieure à la moyenne et dont le statut socio-économique est supérieur à la moyenne, n’assimilent pas le piratage numérique au vol physique et sont généralement très tolérants, voire favorables, à ces derniers.  »

Le piratage numérique serait ainsi tout à fait acceptable pour ce public particulièrement sensibilisé et connaisseur à la question du droit. Ayant mené l’étude avec la chercheuse Malgorzata Ciesielska, Dariusz Jemielniak a réagi en soulignant que ces étudiants en droit n’ont aucun problème avec le piratage et considèrent également que le partage de fichiers avec des amis est normal. » Le piratage numérique ne les dérange pas tant que ça.  »

Tolérance sauf pour les nuances

TorrentFreak souligne que parmi les personnes interrogées, seules trois ont estimé que le téléchargement ou la diffusion en continu de contenu numérique à partir de sources pirates est absolument illégal et inacceptable. Même si pour autant, ils n’iraient pas jusqu’à dénoncer leurs amis.

Cependant, le piratage est largement considéré comme inacceptable lorsqu’il s’agit de télécharger des logiciels, et plus encore s’ils sont utilisés à des fins commerciales. Pour les livres, la tolérance est limitée au contenu éducatif et académique.

En tout cas, il n’y a clairement aucune complaisance envers ceux qui exploitent des sites de piratage.

www.generation-nt.com


zimonews Fr2En2Fr