Skip to content
Le plus grand propriétaire d’avions a perdu 113 avions au profit de la Russie en raison des sanctions


Les saisies des avions et de 11 moteurs à réaction par les autorités russes ont amené AerCap à prélever une charge avant impôts de 2,7 milliards de dollars au cours du trimestre, ce qui a amené la société à déclarer une perte nette de 2 milliards de dollars au lieu du bénéfice de 500 millions de dollars qu’elle aurait réalisé sans le succès. Mais les dirigeants de l’entreprise ont déclaré que le trimestre était en fait un bon trimestre et qu’ils voient de meilleurs jours à venir alors que la demande mondiale de vols continue de se remettre de la pandémie de Covid.

« Mais pour l’impact de la Russie, il s’agit d’un trimestre sous-jacent solide pour la société », a déclaré le PDG Aengus Kelly dans des commentaires aux analystes. « Dans tous nos secteurs d’activité… nous constatons une amélioration de la demande, une utilisation accrue de nos actifs et une amélioration de la santé financière de nos clients. »

Les investisseurs ont accepté et les actions de la société basée à Dublin AerCap (ARE) a gagné 6% dans les échanges de l’après-midi après le rapport.

La société a pu récupérer 22 jets et 3 moteurs avant qu’ils ne soient saisis par les autorités russes. Il a déposé des réclamations d’assurance pour chercher à récupérer l’avion perdu, bien que certaines de ces réclamations concernent des compagnies d’assurance russes. Ces polices sont soutenues par des compagnies de réassurance occidentales, mais AerCap a déclaré que « le calendrier et le montant de tout recouvrement en vertu de ces polices sont incertains ».

La société possède un total de 1 624 avions, bien plus que ne possédait ou n’exploitait une seule compagnie aérienne. Les avions perdus au profit de la Russie représentaient moins de 5 % de la valeur nette de la flotte d’Aercap, qui s’est agrandie pendant la pandémie en rachetant la société de leasing rivale GECAS à General Electric (GE).

Aercap devrait facilement surmonter la perte financière des jets, a déclaré Richard Aboulafia, directeur général d’AeroDynamic Advisory. Même si la guerre prenait fin et que les sanctions étaient levées, les avions auraient perdu leurs certificats d’exploitation aux yeux des régulateurs de l’aviation occidentale.

« Une fois que la documentation est partie, il ne sert à rien d’essayer même de les récupérer », a-t-il déclaré.

Lorsque la Russie a envahi l’Ukraine le 24 février, les transporteurs aériens russes exploitaient 861 avions commerciaux, selon les données de la société d’analyse aéronautique Cirium. Un peu plus de la moitié de ces avions, d’une valeur marchande estimée à 9,2 milliards de dollars, appartenaient à des sociétés de leasing non russes.
Les sanctions imposées par plusieurs pays ont obligé les sociétés internationales de location d’avions propriétaires des avions à les reprendre d’ici la fin mars. On estime que 79 avions à réaction ont été repris, mais la Russie a annoncé qu’elle en nationalisait des centaines d’autres.


Cnn all En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.