Le porte-avions « Charles-de-Gaulle » reprend ses activités après huit mois d’indisponibilité

Pour la première fois, il sera placé pendant deux semaines sous contrôle opérationnel de l’Otan dans le cadre d’une mission réunissant des navires de plusieurs pays.

Publié


Mise à jour


Temps de lecture : 1 min

Le porte-avions

Après huit mois de travaux et plusieurs essais en mer, le Charles de Gaulle reprend du service. Le porte-avions français, qui transporte 1 900 membres d’équipage et des avions de combat Rafale Marine, a quitté le port de Toulon (Var) lundi 22 avril pour six semaines d’opérations en Méditerranée. Pour la première fois il sera placé du 26 avril au 10 mai sous contrôle opérationnel de l’OTAN dans le cadre d’une mission réunissant des navires de plusieurs pays.

Le 25 avril, le porte-avions accueillera également pour la première fois à bord la conférence des 32 ambassadeurs des pays membres de l’alliance militaire, signe du réinvestissement de la France dans l’Otan. Le vice-amiral français Didier Maleterre, numéro deux du commandement maritime de l’OTAN, a souligné que la France pourrait « d’un claquement de doigts, récupérez le commandement national lors des opérations si nécessaire ».

Mais des voix avaient critiqué l’annonce du placement de Charles de Gaulle sous le contrôle de l’alliance. Le leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, ainsi dénoncé sur un « vassalisation affichée » de France. « Il ne faut pas céder au mensonge », avait rétorqué le ministre des Armées Sébastien Lecornu, assurant que « La France ne perd jamais le commandement de ses forces placées sous pavillon de l’OTAN ».